Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 13:23

 

 

Et cet acharnement à vivre grabat à terre comme dit, la monstruosité dite sans ciller la certitude à la bouche une cigarette passée.

Comment c'était possible d'ouvrir, les yeux pas la tête, grabat tombé, son mat, tranchant impeccable, à regarder ailleurs, la pluie, une fleur, une croix, un bout de feuille, ce qui traîne, y'a le choix.

 

 

DSCF2066

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

Christine 08/10/2013 06:48

si on savait
si on se doutait
les réquiems ont de beaux jours devant eux
http://www.youtube.com/watch?v=tVIYkr_dVgI&feature=share&list=PLxHGW4bjuSCRqiJCb1E_-i4iYgBx71xX6

brigitte giraud 08/10/2013 22:22



Belle belle cette musique ! On la prend en soi et on la garde. Comme une protection un moment.


Baisers christine



marie-claude 08/10/2013 06:18

l'instinct de survie pourrait être à l'origine de cet acharnement ...
amitié .

brigitte giraud 08/10/2013 22:18



et puis une petite colère aussi.


Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche