Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 19:53

C'était à Alger. J'en parlais cet après-midi de la ville résonnante.

Je me souviens de la lumière, 726727032 small-copie-1

de l'océan à ses portes,

des oiseaux même la nuit,

et du chant du muezzin, la nuit,

même la nuit sur les quatre heures,

une splendeur jetée sur la baie.

J'ai, dans ma boîte, des petits flacons de

lait pour le corps, un produit de bain, des

senteurs diaphanes. Je les garde là. Je n'ose pas les utiliser. Ils fleurissent quand

j'ouvre le coffre, et l'avion de la Compagnie de transports aériens  -Air Algérie-

s'envole.

Alger vient ce soir à ma rencontre.

Allez savoir le langage des signes, et la forêt de symboles qu'ils sont quand on les

sauve !

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

commentaires

Zineb 23/04/2011 21:38


quand même, ces villes qui savent comme ça s'ouvrir sur la mer, c'est rare. Beaucoup lui tournent le dos.


brigitte giraud 24/04/2011 00:23



Je ne tourne pas le dos à l'océan,... Une chanson de Camille dans ma tête, je vais la mettre sur mon blog, là



Zineb 23/04/2011 19:18


ta photo est superbe.


brigitte giraud 23/04/2011 21:25



Rapportée de là-bas, tu connais ces paysages, toi, ma belle !



nathalie Cailloux 22/04/2011 19:24


Dis tu me feras sentir ces odeurs, après le repos, après la parenthèse...ton com m'a mis parterre, dis moi que tu vas, que tu fais attention à toi...je t'embrasse


brigitte giraud 22/04/2011 19:42



Oui oui, t'inquiète ! j'ai été patraque, lessivée mais ça va mieux, ça va. Toi aussi, tu fais attention, et tu continues d'écrire !!!!! Je te serre tout tendre, ma bella !



Christine 22/04/2011 08:17


enfin des odeurs,
je savais bien que tu en gardais quelque part, bien cachées, de celles qui te surprennent, te titillent la mémoire,
au détour d'une rue ou le matin quand tu ouvres ta porte au vent frais


brigitte giraud 22/04/2011 09:44



Oui, tout un tas. Elles sont des témoins de la mémoire. Je suis sûre que tu tiens un tiroir pour les tiennes aussi. Un buffet baudelairien, en quelque sorte.


Belle journée vacances à toi



DEB 21/04/2011 23:05


Silence donc. Dont acte.


brigitte giraud 22/04/2011 09:36



S'écrouler dans un lit et dormir...



Brigitte giraud 21/04/2011 22:45


Une fille et son doctorat sur Alger en ce temps-là, des secousses, " des hommes" , des silences ensuite ! Je veux, en moi, des tonnes de silence maintenant


brigitte giraud 22/04/2011 09:42



Tes coordonnée lui seraient utiles, Francis Jeanson en transparence d'Alger.



DEB 21/04/2011 22:17


Il faut essayer de tout sauver... L'ouvrir la boîte, de temps en temps pour entendre la mélopée du muezzin, l'odeur d'éternité qui montait jusqu'à la terrasse. Camus et cette sorte de chimère
gravée sur les verres à champagne d'Air France...


brigitte giraud 22/04/2011 09:40



J'aime bien cette boîte-là, trouvée par un hasard heureux et en étrange coïncidence. En résonance...



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche