Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 04:36

 Décret : "De la vie".

images-0913-copie-2.JPG

Promulgation du décret "De la vie",

dès l'aube, à l'heure où blanchit la ville qui grelote et que les premiers trams s'ébrouent.

En voilà un qui passe justement ! Je l'ai entendu venir de loin, une rumeur  qui court sur les voies, amplifiée par un reste de nuit.

Et cette phrase dans la tête depuis longtemps qui lancine en moi, murm

urée souvent, à bas-bruit. 

"Ce qui est terrible, ce n'est pas que les choses se passent ainsi, mais qu'elles auraient tellement pu être différentes." 

Alors va !

va bien pour la musique à fond la caisse et les songes,

va bien pour les visions ! du grandiose arraché dans les friches

 va bien ! pour le coeur en haut des marches,  pour l'escalier, pour l'escalade,

et tout, "tout", je t'ai dit,

qui ne veut jamais mourir.

 

Il a quelques jours d'avance sur moi, Béranger.

"Mon 18 963 ème...", ça marche aussi dans la chanson !

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 19/12/2011 23:30

bah oui, les choses auraient pu être différentes... Imagine, elles auraient pu être pires. Pire ça existe ? oui oui ça doit bien exister, malheureusement.
Doucette, vivantes, on a le devoir d'être vivantes pour ferrailler toujours contre ce qui ne devrait pas être. Et puis le gris quelquefois est là pour atténuer le blanc de trop de lumière ( on fait
comme si on y croyait)
baisers, baisers

brigitte giraud 20/12/2011 14:23



un jeu de dés... On connait la suite. Puisque ça finit toujours dans le trou, on est toujours perdant.



Christine 18/12/2011 18:04

le gris de la photo a du glisser sur les mots,
...alors je garde, j'y reviendrai
peut-être
bonne soirée (au coin du feu?)

brigitte giraud 18/12/2011 18:07



Oui, quand même ça a du glisser. On s'échappe malgré soi


belle soirée



Dominique Boudou 18/12/2011 08:36

Pense que, près de toi, plusieurs personnes dont je suis, t'aiment fort. Elles veulent que tu vives et non point que l'affliction t'emporte.

brigitte giraud 18/12/2011 14:31



non, non, je suis très vivante et autant que possible, et le reste, hors "tout" ne m' intéresse pas, "brûler jusqu'à la déchirure, brûler, même trop, même mal..." tu connais la chanson !



Christine 18/12/2011 07:17

j’ai escamoté toutes les preuves
déraciné les arbres au bord du sentier
dilapidé les jours les heures les minutes
abattu le temps

les yeux ouverts
j’ai scruté l’obscurité cérébrale
espéré récupérer mon chemin
n’ai trouvé pour solde de tous comptes
que cette sensation de gris

Christine,
pour toi,
qu'il y ait du soleil dans ton ciel, un peu, aujourd'hui

brigitte giraud 18/12/2011 14:40



oui, oui, tout va bien ! Beau texte Christine. Tu devrais garder, consigner quelque part cette part-là, oui.


Soleil froid,  aujourd'hui, tout comme il me convient. Le vent sur toute la figure et le sourire au lèvres parce qu'on en a envie.


Moi qui croyais faire un texte enlevé, et enthousiaste,   sans dégradés de gris... au contraire, au contraire !


Belle journée à toi, bella



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche