Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 03:11

Quand la parole vient à manquer, que les mots ne savent plus dire, le regard s'enracine sous l'écran, des bouffées de nuit dans un ruban de fumée qui attend l'éclair. Les yeux cherchent, ne cherchent pas. Ils pirottent et reverdissent. Ils s'inondent. Dehors il pleut encore. La fenêtre est une paupière sous le vent, saoule, des paquets de promesses pleurées à bras, le corps levant, des flashs à bout de ficelle passée entre les mains, des fagots de doigts.

Je fumerai demain une cigarette, du bout des yeux. 

 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 15/06/2013 18:39

les mots quelquefois se sauvent, le regard se pose et tout se dit.
C'est très beau, Pelote.

brigitte giraud 15/06/2013 20:04



Des regards et une esquisse de gestes, qui diraient plus que les mots, disants les regards et les gestes. Enfin, tu vois quoi !



Marie-Claude 03/06/2013 07:44

quand vieux devenu, que l'usage maîtrisé du mot vient à manquer, quand il ne reste plus que de l'émotion dans le regard pour dire seulement le bonheur d'exister, ou la douleur de vivre encore ...
alors la cendre de la vie consumée s'étale au cendrier ...
amitié .

brigitte giraud 03/06/2013 19:21



Qu'elle soit d'une grisaille heureuse, d'un étonnement encore pour les choses et les êtres.


Amitiés



Christine 02/06/2013 09:19

qu'importe le mot
de l'autre
au vent part la fumée
reste la cendre

pas pire si sous la cendre des yeux ça reverdit

brigitte giraud 02/06/2013 16:59



Ca flamboie quelquefois.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche