Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 14:03

 J'ai besoin de vous, j'ai besoin de toi !

Oui. N'en déplaise à Schopenhauer qui voulait se retirer de la foule humaine pour mieux l'observer s'agiter,
n'en déplaise à Céline, l'atrabilaire si peu amoureux du monde des hommes, n'en déplaise à Cioran qui réglait un sort de combat à l'existence,
moi, (n'en déplaise à moi-même !) j'ai besoin des autres.

J'ai beau de défendre des discours qui m'importent si peu, moquer ces mots vains entendus qui ont blessé mon coeur, me gausser des bêtises avec lesquelles il faut quand même cheminer...  j'ai besoin des autres.

Dire mille fois que ce qui existe est ce qui réside dans le clapotis de la pensée...
Donc dans quelques clés que j'essaie d'utiliser pour ouvrir des portillons qui donneraient sur des soupiraux, donnant sur des jalousies, donnant sur des meurtrières, donnant sur une arrière-cour ouverte sur l'océan, des vagues à n'en plus finir, un remous fabuleux de rouleaux liquides et mousseux, des algues ou, c'est pareil, des idées tirées du fin fond de ma plage instable.

A moi, l'eau de mon sang lavée ravinant mes troncs d'arbres pas morts.
Pourtant quoi ?

J'ai besoin des autres.
De leur vie, de leurs veines, de leur intelligence, de leur fragilité, de leur humanité, de leurs bonheurs et... même, même de leurs trouilles bleues.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

tempesdutemps.over-blog.com 14/10/2013 17:14

Nous sommes deux, belle ! Pas besoin de tous les autres, mais quelques autres, cooptés de part et d'autre, à qui adresser mes mots d'amour et d'eux recevoir le regard aidant. Et les trouilles, de
toutes les couleurs. Se tenir à côté, la jolie distance qui permet de tendre et donner la main.

brigitte giraud 14/10/2013 19:10



oui. Ne pas se faire de l'autre une béquille de vie, mais une présence qui élève. Pouvoir être dans sa "justesse", ce qui comble toujours.



marie-claude 13/10/2013 14:12

j'ai aussi besoin des autres ...
seule, je n'irais pas bien loin vers qui, pour qui ?
car pour que je sois, il faut que "tu" sois !
amitié .

brigitte giraud 14/10/2013 19:00



Donner, recevoir, pour savoir qu'il y a des présences sidérantes, désirantes, et que ça dissonne parfois, ça fait passer le vivant et ce qui tient au monde.


Amitiés



Christine 12/10/2013 19:19

Ta pensée est tienne, elle n'a besoin de personne.
Ni de philosophes, ni de beaux parleurs.
Bien sûr, il y aura toujours les mots dits, entendus, sous-entendus. Il y aura les regards et les gestes.
Tes troncs nourriront tes branches puisant au terreau des autres et, seule, comptera la main dans la tienne et le regard bienveillant qui la gouverne.

brigitte giraud 14/10/2013 18:54



La pensée est à soi, mais elle se déplie avec et par les autres. Ce qu'on appelle "expérience" peut-être. Et puis les nôtres, qui dans leurs failles, font place. On est d'un héritage de
quelques-uns, "pour naître encore"...



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche