Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 04:48

Je m'y suis attachée à ce tableau depuis quelques jours.

013

A la vérité, je ne sais pas bien pourquoi.

Le regard sûrement. Tout se tient dans la captation du regard. C'est là où l'être parle quand il ne se tait.

Les yeux ont un langage instinctif. Suspendus qu'ils sont au sentiment qui traverse l'âme.

Là, vous voyez, une mélancolie y traîne, les pensées troubles d'une tristesse du calme, le coeur anesthésié, l'âme désaccordée aux violons du  bal qui s'est perdu. La ballerine trébuche sur son fil, ses chaussons n'ont plus leurs lacets, elle est sans filet. Elle perd son assurance, va pencher sur sa gauche, alors elle se raconte une histoire de taupe qui invente d'ouvrir les yeux.

Sait-elle que les taupes n'ont jamais vu la lumière et qu'elles sont aveugles ?

Tant pis, son histoire quand même commence comme ça...

Cette histoire de taupe est racontée par Simone de Beauvoir dans "Les belles images".

commentaires

C comme Corinne 31/10/2010 19:32


Les yeux ne trichent pas, on y lit comme dans un livre, on s'y perd et on y renait. On y apprend toujours soi et les autres.
Yeux fermés, un déséquilibre à combler, penser encore. Les taupes ne pensent pas. Ah bah merde alors, les pauvres...
Baisers


brigitte giraud 31/10/2010 19:56



Ne voient pas, ne pensent pas non plus. Quelle infirmité terrible quand c'est tout noir partout !


Baisers doux



christiane c 30/10/2010 13:53


Isa est bouleversée de ta réponse. Elle est heureuse et exhulte de joie (cela me fait plaisir de la voir comme ça), elle aimerait que tu lui dédicace. Oh, ma Douce que de générosité de ta part. Tu
es formidable (je suis formidable). Tant de choses émanent de toi.
Nous t'embrassons très affectueusement


brigitte giraud 30/10/2010 19:09



bAISERS A VOUS DEUX.


Par mail, envoie-moi votre adresse.



christiane c 30/10/2010 12:56


merci ma Douce, tu me fais un grand plaisir. Ce que je veux faire de ta peinture va me prendre beaucoup de temps.
Par le plus grand des hasards serais-tu vendeuse de ce tableau ? Isa et moi le trouvons super beau. Soyons patiente toutes les deux nous attendrons une expo.
Bisous


brigitte giraud 30/10/2010 13:11



Je vous le mets de côté. Il est pour vous, je vous l'offre, si vous l'aimez bien. Ou je vous en fait un autre, spécialement pour vous.



christiane c 30/10/2010 07:50


tu n'arrives pas à ouvrir mes mails. J'utilise ton blog pour te demander si je peux te "voler" une de tes peintures pour la reproduire sur un autre support (pas de peinture) ? De plus j'adore cette
peinture qui représente un visage. J'attends ton accord ou ton désaccord pour le travailler.
Bises ma Douce


brigitte giraud 30/10/2010 12:09



Tu as tous mes accords, les vras, les faux, les accors désaccordés et toute ma musique... bien sûr Christiane... Ce ne sont pas tes mails que je n'ouvre pas, mais les pièces jointes... et c'est
frustrant de ne pas pouvoir lire tout de suite...



@giulio 29/10/2010 17:49


ça fait dix ans que je suis en vacances, chère Brigitte. Non, la saison culturelle a recommencé et j'ai plein de galeries et de bouquins à présenter; alors, j'essaie de me rendre utile. Non, pas de
vacances en vue. Pour quoi faire? S'ennuyer? On aura l'éternité pour ça.

P.S. même quand je n'écris rien, n'ayant rien d'intelligent à écrire, ce qui est bien plus fréquent que tu ne peux le croire, je te lis, toi, ainsi que les réflexions et réponses de tes/nos amis.


brigitte giraud 29/10/2010 21:03



Tu es mon vieux copain, Giulio ! Mais les vacances, on lit, on écrit, on va aux expos, c'est pas fait pour s'ennuyer, c'est faire ce qui plaît et ce dans quoi on se reconnaît, je suis d'accord
avec toi.  Mais le mot "vacances" ne veut pas rien dire, pour tous ceux qui s'emmm... dans leur travail, à se lever tous les matins pour si peu de retours à soi...



@giulio 29/10/2010 14:16


Si les taupes voyaient couramment la lumière, elles n'auraient pas besoin de l'inventer et si les Grecs avaient su voler, ils n'eussent pas dû inventer Icare. C'est de nos manques, de nos handicaps
innés, voire même acquis, que se nourrit notre créativité. Toutes les inventions ne sont-elles des carences, absences, déficiences surmontées ?


brigitte giraud 29/10/2010 17:29



Surmontées...ou non d'ailleurs.  La fêlure laisse au moins passer la lumière , dit Woody Allen;


Baisers à toi, Giulio. T'étais parti en vacances ? Ou quoi ?



marie-claude 29/10/2010 12:15


connexion entre les arts, ton art dans tes structures, l'âme de ce tableau, et la taupe de Simone ...
un peu de toi ...
amitié .


brigitte giraud 29/10/2010 17:28



oN SE TROUVE AU HASARD DES PAGES, chacun toute petite dans quelques signes, oui.


Baisers à toi.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche