Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 21:32

Parfois, on ne sait pas ce qu'on cherche dans ces inventaires, peut-être y retrouver un être  à tel ou tel moment de la vie, de ma vie, telle qu'il était à ce moment-là, en dénicher  une précision et reconnaître que, oui, il apparaissait ainsi sous la lumière de l'été, de la nuit, à la lampe.

Mais c'est difficile de se risquer à dire "il" ou "lui".

"il" a trop de de proximité encore, et "lui" est bien trop loin.

On ne veut pas.

Ou pas encore.

On y parviendra plus tard, dans quelques temps en se disant que quand même "ça fait bizarre", et on pensera à un récit tout entier, contenu dans deux ou trois textos qu'on aura gardés.

On n'aura pas conse101.JPGrvé les bons, évidemment, c'est toujours comme ça, toujours piégé par la technique qu'on ne possède jamais absolument.

Si on avait su, on aurait fait plus attention, mais est-ce qu'on pouvait savoir que les choses se rétréciraient si vite ?

Alors on s'accroche à plus rien. On a la sensation amère que la vie est une menteuse, un miroir déformant les angles, et que les photos auront sans cesse les contours flous de sa pensée sur une chaîne cryptée. On sait bien pourtant la netteté des images et comment on la voulait, adéquate à soi-même.

Et tous les vaisseaux brûlés !

Pour mieux être déjà  celle qu'on aura voulu être et qu'on n'est déjà plus.

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

commentaires

marie-claude 29/10/2010 12:09


apprendre à façonner sa mémoire en tiroirs, parfois une odeur, un mot, un geste, une couleur un rien les ouvre ...
amitié .


brigitte giraud 29/10/2010 17:30



Et on est étonné toujours.



Zineb 28/10/2010 13:10


Si j'aurais su, j'aurais pas v'nu... mais si j'aurais pas v'nu, j'aurais rien vécu, et ça ç'aurait été pire que tout...


brigitte giraud 28/10/2010 13:55



Je te reconnais bien là, bella !


belle journée.



christiane c 28/10/2010 13:03


Je viens te t'envoyer un e-mail


brigitte giraud 28/10/2010 13:55



YES !



Dominique Hasselmann 28/10/2010 12:12


Le mystère est dans les mots ou les photos troubles, et donc troublantes, on peut y rencontrer des traces indélébiles.


brigitte giraud 28/10/2010 14:00



"Des traces amères et déchirées..." je ne sais plus de qui c'est. Des traces. J'aime bien ce qu'en dit Francis Bacon "jE VOUDRAIS QUE MA VIE LAISSE UNE TRACE, COMME CELLE DE LA   BAVE D' UN
ESCARGOT." C'est déjà pas si mal, non ?


Amitiés.



Olivier de Vaux 28/10/2010 07:25


Un très beau texte. Merci pour ce partage.


brigitte giraud 28/10/2010 14:00



Touchée au coeur !


Merci à toi.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche