Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 21:07

 

AAA

en%20marge%20des%20nuits-pontalis-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

timbre-alger-002.JPG

 

 

 

 

Voilà que je metrouve au carrefour de trois images.

J'imagine des passerelles.

L'amie, la nuit et Paris aux confins de l'Algérie du coeur.

Tout ce qui porte à l'âme, où poser ses bagages.

Une nuit, place des Vosges, je me souviendrai d'Alger la blanche avec vue sur la mer.

Alors  Paris est un port, avec des attaches, dans une nuit au minaret du sommeil.

Des attaches et ce sont les nôtres au bois du banc, une rambarde, un parapet, une  sorte de pont où nous rejoindre fut possible, comme on l'a voulu, imaginé, inventé et vécu.

Une irréalité du monde ne se pouvait pas,  pensait-on, quand nos vies voulaient  la chair et un éclat de rire.

 

commentaires

moniqueL 23/11/2010 19:41


J'aime vraiment beaucoup votre dernière phrase: " une irréalité du monde ne se pouvait pas, pensait-on, quand nos vies voulaient la chair et un éclat de rire"


brigitte giraud 23/11/2010 21:19



Bienvenue ici, moniqueL. Je vous remercie


et vous souhaite une soirée douce.



DEB 22/11/2010 22:54


"En marge des jours", pas mal non plus. Alger-Paris. Alger qui sera au rendez-vous de Paris. Ponlatis-Sartre... On n'en finirait pas de tirer les ficelles d'une pelote où les sens se tiennent
serrés... Une place, un banc, une Bastille qui résiste encore et encore...


brigitte giraud 23/11/2010 11:31



Des lieux, des mots, des livres... Des croisements à l'orée du coeur, oui.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche