Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 00:39

On me parle, j'écoute, je suis attentive. Tout m'intéresse quand la personne qui parle m'intéresse. C'est une perception d'elle qu'elle me donne. Un regard. Le sien. Même si le sujet de la discussion est banal. C'est ce regard qui m'intéresse. On ne peut pas couper un regard.

L'écouter, c'est regarder où elle regarde. Voir son paysage. Le vouloir. Pas imposer le mien,  qui serait plus important, sans rapport à celui qui m'était offert d'entrevoir.

Ce n'est pas affaire de sujet, (d'objet d'une discussion), mais dumoi-et-bourgeyx-018.JPG sujet, (de la personne).

 Je m'interroge sur ce que veut dire" couper quelqu'un".

Quelqu'un me dit : "Quand ça ne m'intéresse pas, je coupe."

Mais c'est quoi ce "ça" ? C'est quoi qui n'intéresse pas ? C'est le sujet (de la discussion), ou le sujet (la personne) qui se trouve alors coupé ?

Les mots ne signifieraient plus rien, poussés par-dessus une rambarde, cloués sur le vide qui devient le sien, dans lequel alors on ne peut que tomber sans fin. Pas de filet de protection, pas de rattrapage.

Et si "ça ne m'intéresse pas" se traduisait en  "tu ne m'intéresses pas" ?

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

commentaires

Catharsis 09/11/2010 17:20


Ce n'est pas affaire de sujet, (d'objet d'une discussion), mais du sujet, (de la personne)


Une distinction pertinente que je reprend à mon compte. Merci du cadeau!


brigitte giraud 10/11/2010 00:16



Tu fais comme tu veux. Heureuse je suis si j'ai évoqué un "sujet" qui ta parle.



marie-claude 08/11/2010 16:27


intriguant "couper" une conversation, ok pour une communication téléphonique mais dans un vis-à-vis, c'est une vue à vue, si les mots échangés semblent inaudibles, on le perçoit dans le regard et
la conversation glisse en compromis entre les sens qui convergent à l'entende ...
amitié .


brigitte giraud 08/11/2010 17:13



Voilà, s'entendre, qui pour moi signifie, "tendre", "tendre vers"...



DEB 08/11/2010 16:02


C'est de Jules Renard, je crois : "Ecrire, c'est parler sans le risque d'être interrompu." Alors, écris, écris...


brigitte giraud 08/11/2010 17:16



Une pensée à l'oeuvre qui parfois oeuvre en soi. C'est parler avec soi. Etre même pas toujours d'accord avec soi, s'interroger encore et encore, soi-même.



DEB 08/11/2010 14:14


On envoie trop vite les com, souvent. Ce n'était pas "passer" à autre chose que je voulais écrire, mais "penser" à autre chose. Lapsus scriptae ?


brigitte giraud 08/11/2010 14:29



 Edifiant, hi, hi !



DEB 08/11/2010 12:16


Le dialogue comme alternance de monologues ? Et s'il y avait parfois urgence de la parole ? "Vite, ce que tu dis là me fait passer à quelque chose." Interrompre l'autre c'est aussi être dans un
enthousiasme de l'échange. Et voilà.


Brigitte giraud 08/11/2010 12:39



Une alternance de monologues, certes pas ! ou sinon... 


"Passer à quelque chose" ou "penser à quelque chose" ? Quand on passe, évidemment.


Ce qui compte toujours, c'est le ressenti, non ?


 



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche