Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 02:05

Une question m'avait été posée un jour : "Est-ce qu'une image vaut cent mille mots ?"

Aujourd'hui, on ne la pose plus, le Japon attend sa catastrophe annoncée, le Liban s'épuise à compter ses morts, la Tunisie et l'Algérie ne sont pas en reste, l'Egypte est dans l'incertitude, le monde arabe vacille pour s'arracher à ses tyrans... Et les images d'un monde harcelé par la nature et les hommes remuent nos consciences étonnées des cruautés du ciel et de la terre.

Le très-bas et le très-haut trouvent d'approximatives intersections où les contours de la précarité humaine ont des visages d'hommes  et de femmes, des rondeurs d'enfants, des couleurs de cendre.

Un seul regard, là, dira plus que les mots ne le pourront jamais.

Ainsi, d'images en images, le monde s'écrit et crie et hurle et se disloque et ... Des êtres devant et derrière, pas moyen de tourner la tête, de détourner ses yeux. L'image est hantée par la mort et la mort la hante.

Une image, oui, peut valoir cent mille mots et tant d'autres encore. Elle les contient tous. Les mots font d'abord silence et écoutent et voient et se taisent.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 27/03/2011 01:36


oui, les images valent cent mille mots. Tout se casse, se défait un peu partout dans le monde. La souffrance, l'espoir, les combats sont là dans tout ce que nous voyons.Si nous ne posons pas les
mots, comment supporter ce qui ne l'est pas ?


brigitte giraud 28/03/2011 18:23



L'insupportable. Jusqu'où le supporter, il est où ? On ne sait même plus parfois. Sa limite à soi? Dire ses émotions quand il est possible de parler et de les formuler. Pour l'or du matin. Je
t'aime bella.



marie-claude 18/03/2011 16:38


Même les images les plus voyantes ont besoin des mots, tantôt pour expliquer leurs rudesses, tantôt pour les atténuer ...
Mais surtout l'image me suggère le mot qui s'écrit, qui se pose et qui reste !
amitié .


brigitte giraud 19/03/2011 01:48



Oui, c'est ça. Exactement ça. Quelque chose en soi, plus tard, se forme et ce sont des mots qui naissent.



Dominique Boudou 17/03/2011 23:04


Brûler mes livres ? J'y ai déjà pensé. Quand j'étais au fond du trou.


brigitte giraud 17/03/2011 23:07



Tu veux dire déprimé, me semble.



giulio 17/03/2011 17:45


Très beau texte, c'est vrai; mais pour des ouvriers du mot comme nous, une prise de conscience assez décourageante. À quoi bon encore des mots, en effet ? Parole, parole, parole... À quoi bon,
puisque tous les mots du monde sont incapables d'exprimer ce qu'expriment les milliers d'images que nous percevons chaque jour d'une fraction des maux du monde ? Car on est loin de tout nous
montrer. Triomphe final de limage... Comme si l'écriture n'était qu'une sorte de balbutiement primitif. Ne nous reste-t-il qu'à paraphraser Mallarmé : "La vie est triste, hélas! et j'ai lu tous les
livres. - Fuir! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres (...) Sont-ils de ceux qu'un vent penche sur les naufrages ? Perdus,sans mâts,sans mâts,ni fertiles îlots ..." Faut-il que je brûle
tous mes livres, Brigitte ?

La situation n'est géniale presque nulle part, Dominique.


Brigitte giraud 17/03/2011 22:43



Pas brûler les livres, certes pas ! L'histoire ne se passe pas des mots. La souffrance à l'oeuvre les rendent d'une infinie pauvreté, alors...



DEB 17/03/2011 16:23


Les mots font d'abord silence et écoutent et voient et se taisent." A un moment, quand même, ils parlent, les mots, non ? Beau texte...


brigitte giraud 17/03/2011 22:51



Ils font silence. D'abord. En état de recueillement, je crois.



Dominique Boudou 17/03/2011 12:21


Le Liban ou la Libye ? Quoique, au Liban c'est pas génial non plus la situation.


brigitte giraud 17/03/2011 22:57



Oui, tu as raison bien sûr, je pensais à la Libye... qui n'est plus sous les feux de l'actualité et qu'on oublie un peu, alors que...



Christine 17/03/2011 06:42


image formidable instrument de manipulation (on ne le voit que trop bien en ce moment), elle passe toujours par le prisme du regard de celui qui la prend
connais-tu le blog de Séverine Thévenet, un bol de fraîcheur
http://soliquietude.canalblog.com


brigitte giraud 17/03/2011 22:55



Mais il y a des images "vraies", comme celles-ci (la centrale en fumée, le tsunami qui emporte tout, la détresse des hommes visible...), et bien sûr qu'on peut faire dire n'importe quoi aux
images, elles ont été trafiquées tas de fois au service d'une idéologie... Mais là, ce n'est pas pareil !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche