Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:50

Photo Hervé Bégou

DSCF0761-07 40

 

 

 

 

D'une manière littérale, "dénouer" consiste à "défaire".

 

Exemple :

- Prenons une situation désastre.

- Prenons en compte la lassitude extrême des protagonistes de cette situation désastre.

- Prenons les noeuds, et les fonctionnements intimes des protagonistes en lassitude extrême de cette situation désastre lambda...

 

C'est un roman, des romans en un seul.... Comment le dénouement (la résolution d'une intrigue)  dépourra-t-il survenir ?

 

En général, il y a trois solutions possibles :

- Serrer les noeuds, les resserrer davantage encore pour qu'ils fassent corps,   véritable corps vivant du problème.

- Rechercher à tout prix les nourritures nécessaires, pour qu'à travers ce corps vivant, le problème se vivifie sans cesse.   

- Dénouer les fils laissés en suspens, afin  que la mécanique nocive n'agisse plus, et dénouer les tensions, en quelque sorte défaire le tricot monté avec trop d' épingles.

 

La troisième proposition semble la meilleure pour la paix, et le grand soulagement de la paix,  qu'il y  a à vivre.

Alors, si on la choisit comme tenable, au nom de sa liberté à soi, et même à coups de boutoir, avec le sens (le sens !) d'une fulgurance de la joie qui pourrait à nouveau émerger avec ses rires et la légèreté des heures,

on peut affirmer que :

défaire, c'est construire.

 Construire l'apaisement, hein ? Parce que l'apaisement, y'a que ça qui importe !

Le temps de rêver est bien court...

 

 

 

commentaires

C comme Corinne 30/09/2012 08:59

Peut-être défaire pour construire. Trouer le canevas et ravauder avec application. On passe sa vie à ça, je crois.

brigitte giraud 30/09/2012 19:35



on n'en a jamais fini de défaire et de construire, même du vide... On est sculpteur des jours...



Nana Massart 14/09/2012 17:21

Depuis que le monde est monde, ça n'a été qu'un grand détricotage! Essayer de laisser tomber la "maille-mal" ça laisse un trou... Vite à combler par une belle maille, renouer, relier, notre tricot
avance à petites mailles d'amour et d'amitié...

brigitte giraud 14/09/2012 19:06



Les deux mots clé des liens, tu les a énoncés : amour et amitié. Hors ceux-là....


A bientôt ma belle.



marie-claude 14/09/2012 14:10

je dénoue, tu dénoues, ils dénouent ... c'est ainsi que survivent les hommes ... et au loin leurs baisers les suivent !
amitié .

brigitte giraud 14/09/2012 15:56



c'est au mieux cela, encore faut-il vouloir dénouer et...construire, c'est cela le plus dur, se détourner de ce qui fait mal auquel on reste accroché.



Christine 14/09/2012 06:39

défaire, dénouer, remonter à la source, suivre son fil d'Ariane pour ne pas se perdre (la laine garde la courbure du point lorsqu'elle est restée tricotée trop longtemps, tu as beau la laver, elle
frisotte toujours, certaines choses ne peuvent s'effacer, mais ça qui le sait encore à part nos vieilles grands-mères! Chut !)

brigitte giraud 14/09/2012 14:05



ben oui, c'est pour ça qu'il faut construire ailleurs et autrement, pour que le même frisottis ne reprenne sa place irrémédiablement.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche