Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 19:15

Présence des heures claires dans un paradoxe.

 

Inquiétante étrangeté d'un fil à linge où s'accrochent

le col d'un soleil,

des chaussons de danse dans les plis de la mort,

des mots froissés qui font ce qu'ils peuvent,

d'autres qui peuvent ce qu'ils font,

Ecoute...

 

 27 2680

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

marie-claude 07/09/2013 06:49

le fil du temps de la vie, on y accroche ce qu'on peut, le vent fait danser nos souvenirs ... le présent s'évertue à nous construire un avenir dans ces nuages qui passent ...
vacances finies, je reviens
amitié .

brigitte giraud 08/09/2013 20:15



Ah ! vous revoilà les yeux plein de soleil (qui décline drôlement ces jours-ci) ! Bienvenu toujours ici.


Amitiés.


 



tempesdutemps.over-blog.com 06/09/2013 18:15

La première fois que j'ai entendu ce morceau (par La Callas), bien avant la sortie de Diva, j'ai fondu en larmes torrentielles, un raz de marée !
Tes mots sont beaux et, avec eux et la musique, tout vole, s'envole, y compris les rossignols et les pieds de la danseuse.

brigitte giraud 08/09/2013 20:14



Une pensée pour Catherine, oui !


je t'embrasse ma Claire.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche