Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 21:40

Le-Porge--6-septembre-2012-005.JPG

Voir la mer. Ce qu'on veut y voir. 

Un paysage mouvant.

Des gens. Qui ne voient pas la même chose que moi. 

Que l'idée que j'en ai à ce moment-même de la journée.

Fermer les yeux.

Un coquillage.

Fermer les yeux.

Le soleil tape sa douceur sur la peau.Le-Porge--6-septembre-2012-008.JPG

Un chien court après sa joie de chien sans laisse.

Les oyats  poussent encore en haut de la dune blanche.

Passe partout  le sable, corps et racines

aux cheveux d'un cheval.

Fermer les yeux.

Fermer les yeux.


 

Le Porge, 6 septembre 2012 003

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 10/09/2012 22:24

ce mouvement sans fin pourrait lasser. Un tempo qui prend à la tête et au cœur et la vague est renversante.
Beauté pure et l'horizon...ah...

brigitte giraud 11/09/2012 02:09



La mer, on n'a jamais rien inventé de mieux , hein ?



marie-claude 10/09/2012 08:32

cette personne aux pieds qui s'éclaboussent des vagues c'est un peu moi tous les matins quand j'y suis ... j'en reviens et pour six mois je n'irai plus ...
restera le bruit "sourd" en ma tête d'une vague qui sur mes pieds se déchire ...
amitié .

brigitte giraud 10/09/2012 15:46



C'est le commencement toujours, c'est ça peut-être qui fascine...


Amitié à toi



Christine 07/09/2012 08:27

Nous sommes la souplesse de l'oyat, la douceur du soleil de fin d'été, la fraîcheur de la brise d'ouest...
Nous sommes cette somme qui nous permet de résister.

brigitte giraud 07/09/2012 13:29



Résistons !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche