Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 21:49

Il y a 29 ans, le 29 octobre 81, Georges Brassens mourait.

 

 Cet homme  atypique, qui dégustait la langue et savait aussi la tirer à la pensée bête, convenue et toujours dans les clous, méchante et moralisatrice. Sa morale était celle de l'élégance généreuse et créatrice des poètes. Il a chanté ses textes par défaut, lui, il voulait écrire et c'est ce qu'il a fait. Il n'avait ni le physique ni la voix  des yéyés, encore moins des rockeurs, mais ses mots ont occupé une place majeure dans la chanson française  : leur exigence, leur justesse et leur beauté ne pouvaient s'ignorer. Ce bonhomme simple et généreux de Sète n'aura plus jamais mal aux dents, mais il manque lui aussi.

 

commentaires

marie-claude 30/10/2010 17:05


MERCI Brigitte
Un retour en arrière ? pas vraiment, ils sont omniprésents Grand coeur malade ne le chante t-il pas ?
Bien sûr d'autres sont venus et certains d'importance mais nul ne peut faire mourir la pensée qui nous habite, qui les habitait et qui habitera pour longtemps encore les têtes pensantes ...
amitié .


brigitte giraud 30/10/2010 19:07



Oui, tu as raison !


bELLE SOIREE A TOI.



giulio 30/10/2010 14:26


Oui, chères Christiane et Brigitte : oui, nos petits-enfants, n'est-pas ce que je disais ? Peut-être même nos arrière-petits-enfants. Mais un nouveau mai 68 pour succéder à l'ère hip-pop-rapp-disco
n'était pas le bon exemple. Peut-être un nouveau "Printemps des peuples" ? Hélas, je hais la violence.


brigitte giraud 30/10/2010 19:10



Enfin que "quelque chose" se passe. Que ça bouge. Ca ne pourra pas demeurer ainsi, je ne crois pas.



christiane c 30/10/2010 12:53


@ Giulio, il est vrai que l'on retourne en arrière au moment de la retraite. Ces chanteurs nous les avons appréciés, aimés, et par là même ils nous rappellent nos jeunes années et nos amours
passés. Pourquoi n'apprenons nous pas à nos enfants les talents d'hier, ne serait-ce que pour leur culture personnelle ? J'ai trois petits-fils avec lesquels je vis, et bien croyez moi ils
connaissent la chanson que Fernandel chantait dans un film "on m'appelle simplet....." Comme quoi nous pouvons leur apprendre. Mais je suis tout à fait ouverte à l'évolution dans le domaine du
chant et du cinéma. J'ai la possibilité de faire la différence avec le avant et le maintenant. Je dois vous avouer que je préfère "les gueules d'avant". Bonne journée Giulio.


giulio 30/10/2010 10:40


@ Christiane C : La jeunesse de chaque génération a sa façon de se moquer, contester, se révolter. Brassens, Ferré et quelques autres, c'est nous qui les avons trahis en acceptant de n'être plus
jeunes le temps de la raison.

Reveillés un beau jour, la retraite venue, plus peur de rien, nous revoilà à retrouver nos amours de jeunesse. Mais une autre jeunesse est venue entre-temps à laquelle nous n'avons transmis que la
raison raisonnable et ses lugubres avatars. Leur cri de ralliement, leur unique revolte : le disco. Nous avons failli. Je parle pour moi, bien sûr, mais aussi pour tant d'autres. C'est nos
petits-enfants qui reprendront le flambeau, peut-être, qui feront leur 68 à eux, peut-être un peu moins n'importe comment... grâce au zeste de raison de leurs parents ? Quien sabes ?


brigitte giraud 30/10/2010 12:05



La jeunesse a sans doute d'autres codes que nous ne savons lire, je me dis ça, moi. D'autres modes d'expressions d'elle-meême, et celle qui est là semble être bien présente au monde, non ? C'est
difficile. Mooi, j'ai jamais quitté mes amours de jeunesse. Ce sont eux peut-être qui me quittent un court moment...



christiane c 30/10/2010 07:57


Jacques Brel fait partie des chanteurs que je garde bien précieusement au fond de moi. Un chanteur qui donnait toutes ses tripes en chantant, des paroles réalistes. C'est vrai que les jeunes sont
passés à un autre registre tout comme nous par le passé. Mais Brel, Ferré et Brassens avaient des chansons à texte. Chacun dans leur domaine étaient tout simplement merveilleux. Peut-être que les
parents n'ont jamais fait écouter ces chanteurs à leurs descendants ?


brigitte giraud 30/10/2010 12:10



D'autrs sont venus... Mais eux, eux !!!



Olivier de Vaux 30/10/2010 07:25


Brassens, comme Brel et Ferré sont toujours bien vivants. Ce qui me semble impressionnant c'est de voir à quel point leur public s'est rétréci, une vraie peau de chagrin. Et quand on cherche une
raison à cet étiolement, là, on déprime ! Déjà Rimbaud disait "oisive jeunesse à tout asservie ..." depuis, le temps s'est accéléré. Certains mots se sont vidés de sens, l'honneur, l'être,
l'esprit, la passion...


brigitte giraud 30/10/2010 12:07



L'imaginaire demeure. Il s'est rempli d'autres choses, parce que les temps se bousculent, et on déprime, oui. Tas de raisons toujours pour ça !



Dominique Boudou 29/10/2010 23:08


Il manque encore.


brigitte giraud 29/10/2010 23:09



Yes, lui, les autres qui sont là. Des présences absentes.



christiane c 29/10/2010 22:29


c'était un artiste pur. Sa voix grave résonnait les textes. Je les ai presque toutes entendues ses chansons quand j'étais jeune, il faut dire que de temps en temps je le reécoute. Oui c'est vrai il
était simple,pas de "chichi", nature comme tous les vrais artistes... Ces grands chanteurs ne seront jamais remplacés tout comme les acteurs de cinéma qui avaient "une gueule".
Bonne soirée ma douce


brigitte giraud 29/10/2010 22:36



bOnne soirée à toi, Christiane, et à isabelle.


Merci pour ton  poème, une amie a ouvert le fichier sur son ordi et j'ai pu enfin le lire. 


amitiés à vous deux



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche