Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 01:06

Les Roms : Causes réelles du problème et refus de regarder la réalité en face

Le problème rom, c’est-à-dire celui des Roms ou Romané, plonge ses racines au coeur du Moyen-âge, époque à laquelle ils commencèrent à arriver en Europe en provenance d’Inde avec les grandes migrations des 4e/5e siècles (notamment Huns, Vandales, Alains) et 6e/8e siècles (notamment Magyars). Mais ruisselant par petits groupes ou tribus vers l’ouest et essaimant en de nombreuses minorités hétérogènes, ces Gitans, Tziganes, Manouches, Romanichels, Bohémiens ou Sintis, ne formèrent jamais comme les grands peuples envahisseurs, une puissante nation conquérante et belliqueuse capable d’imposer sa loi là où elle immigrait.

En récompense de leur goutte-à-goutte progressif et discret (comparé donc aux autres peuples qui colonisèrent l’Europe épée au poing) et de leur esprit pacifique, ils subirent, à l’instar des Juifs, discrimination, oppression, ségrégation et persécutions. Moins à même encore que les Juifs de s’intégrer aux populations locales à cause de leurs coutumes nomades, ils devinrent vite (et sont encore de nos jours) les têtes de turc des Européens. Que la quasi-impossibilité de s’intégrer dans les sociétés hôtes entraînât des systèmes de survie basés sur la jonglerie, la voyance, les petits services et travaux, la débrouillardise, voire le chapardage, n’a dans ces conditions de rejet systématique rien d’étonnant.

Voilà en deux mots – un examen exhaustif de cette histoire exigerait des livres entiers – de quoi situer sommairement les racines du problème. Mais les origines de la question dont je voudrais parler, du moins telle qu’elle se pose aujourd’hui, problème caractéristique de notre 21ème siècle et qui nous touche directement, sont bien plus récentes, douloureuses, révoltantes et ne doivent rien à une histoire médiévale qui fut cruelle pour tous. Ces problèmes ne prennent en effet leur source dans aucune fatalité ni autre cas de force majeure incontrôlable, comme on voudrait souvent nous le faire croire. N’a-t-on pas trop souvent l’impression, à entendre nos dirigeants européens et nationaux, qu’il faut traiter le sujet comme une calamité héritée du passé, dont les politiciens contemporains seraient absolument innocents et qui leur tomberait dessus comme une canicule, une invasion de sauterelles ou une nuée volcanique ? C’est qu’ils sont très forts, ces messieurs-dames de Bruxelles, Paris, Rome ou autres Berlin, très forts pour occulter les causes fondamentales d’une épreuve, se contenter de les recenser et d’en mesurer les effets à court terme. Pourquoi l’exode massif de Roms vers l’Europe de l’ouest a-t-il remplacé depuis une dizaine d’années leurs sporadiques migrations multiséculaires faites d’allers-retours ponctués de rares sédentarisations à travers le continent ? Pourquoi ? Là est la question fondamentale. Et non seulement presque personne ne semble vouloir y apporter une réponse, mais nos dirigeants politiques au grand complet refusent même de se la poser, cette question. Alors, une fois de plus, comme dans nos précédentes études sur la démocratie, sur l’élargissement prématuré de l’EU vers l’Est, ou sur le TCI(1), dont nos gouvernants eussent mieux fait de s’inspirer(2), c’est nous, Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek, qui allons lever le lièvre et répondre aux questions qui fâchent, quitte à clamer que le roi est à poil.

La réponse est en effet fort simple : après que Kohl, Mitterrand et leur complice moscovite ont ruiné l’URSS, non pas par idéologie, mais pour permettre à l’industrie et aux spéculateurs franco-allemands de faire main basse sur l’Europe de l’est, celle-ci a été livrée à un pillage en bonne et due forme. Certes, l’EU a injecté (et continue d’injecter) des sommes fabuleuses dans les pays de l’est, mais ces capitaux, c’était (et c’est toujours) l’argent des contribuables, lorsque les profits, eux, allaient (et vont toujours) dans les poches des rapaces du business néolibéral. Une part des capitaux publics fournis à l’Est par l’UE étaient justement destinés à l’insertion des Roms, à la scolarisation de leurs enfants et à leur ouvrir des débouchés professionnels. Inutile de dire qu’à ce jour pratiquement aucun Rom n’en a jamais vu la couleur. Bien au contraire ! Tout ou presque a disparu, selon des études (tardives) de l’UE dans le gouffre de la corruption locale et dans quelques aménagements destinés faciliter l’installation des industriels délocalisateurs, spéculateurs terriens et prestataires de services de l’ouest. Résultat : des économies ruinées et souvent encore (après plus de trois lustres) sous perfusion, des paysanneries et des prolétariats en voie de paupérisation et toujours plus réceptifs à la propagande d’extrêmes droites triomphantes et savamment gardées en veilleuse par les gouvernants de l’Union européenne.

Flash back sur les années trente et retour : les Juifs sont devenus des Roms et l’histoire tend à se répéter. On désigne des boucs émissaires. En Hongrie – nous sommes en 2010 – l’extrême droite exige leur enfermement dans des camps. Pas la moindre protestation du centre-droit. C’est comme naguère la 3ème République et Weimar réprimandant les racistes d’extrême droite, mais pas trop, les gardant en veilleuse ou en réserve contre les socialistes et les communistes. Les démocraties des riches sacrifiaient leurs beaux principes humanistes sur l’autel de l’impérialisme, quitte à se faire la guerre après, mais ça, c’était de bonne guerre... Alors, lorsque les allemands commencèrent à expulser leurs Juifs (leur génocide n’était pas encore pour tout de suite) eut lieu pendant un bout de temps un incroyable jeu de ping-pong entre les nations « démocratiques », prémisse fatale des futures horreurs. Le renvoi d’un pays à l’autre, des Juifs(3) et de nos jours les migrants et les Roms, constitue une honte sans pareille pour cette civilisation européenne dont on aime à se vanter, ainsi que pour ces valeurs chrétiennes auxquelles on voulait que le T.C.E. se réfère. Les politiciens hypocrites soi-disant de gauche, comme ceux du centre ou du centre-droit de l’UE qui lancent la pierre (à part ça méritée) aux Berlusconi et autres Sarkozy, sont ceux-là mêmes (ou les successeurs de ceux) qui ont admis en catastrophe les pays de l’est dans l’Union sans exiger des garanties quant à un respect minimum des droits de l’homme sur leur propre sol. Et ce sont ces mêmes politiciens qui ont déclaré caducs les principes de solidarité du socialisme, qui tolèrent que des groupes néonazis de plus en plus nombreux fassent leurs choux gras des nouvelles démocraties d’opérette dans les pays de l’ancien pacte de Varsovie. Et ce sont ces mêmes opportunistes qui ferment les yeux sur les politiques fascistes dans les Pays Baltes, en Allemagne de l’est, en République Tchèque, en Hongrie, en Roumanie, en Slovaquie en Slovénie et même dans cette Pologne dont on dirait qu’elle n’a pas encore assez souffert du nazisme(4)

Quoi d’étonnant que les Roms, pourtant largement sédentarisés dans certains pays de l’est, viennent se réfugier de plus en plus nombreux à l’ouest, où même les polices de Berlusconi et Sarkozy ne risquent guère de les traiter plus mal qu’ils ne le sont chez eux ? Car c’est bien dans leurs pays d’origine respectifs, donc dans les discriminations et vexations qu’ils y subissent, que se trouvent les causes de leur présente émigration. Pire, la montée des extrêmes droites et des néofascistes jusque dans leurs gouvernements leur fait craindre que demain ceux-ci ferment les yeux sur des pogroms des bandes brunes de plus en plus offensives en train de se reconstituer un peu partout. Mais le mal, donc l’entrée précipitée, anarchique et quasi-inconditionnelle des pays de l’est dans l’UE, le mal donc, est fait. Aussi, en attendant que ces pays se détournent définitivement du fascisme (on peut toujours rêver) et accordent aux Roms les milliards qui leur sont destinés par l’UE, non seulement ces derniers ne doivent pas être renvoyés chez eux, mais ont, outre leur droit de libre circulation dans l’UE, le droit d’obtenir l’asile politique partout en Europe de l’Ouest.(5)

***

1) Traité constitutionnel européen refusé par la France, les Pays-bas et par 43,48% des 87,77% Luxembourgeois votants, c’est à dire quasiment par la majorité de la population, refus qui a porté Bruxelles a tirer de son chapeau le lapin de Lisbonne.

2) Un rapport de février 2007, élaboré pour la Chambre des Députés, le Groupe d’Études Sociologiques et politiques sur le Luxembourg (STADE), de l’Université de Luxembourg, a reconnu que « Au cours du mois de janvier (2005) le quotidien communiste Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek débute néanmoins une série d’articles expliquant article par article la portée du Traité constitutionnel. Il sera le seul organe de presse à le faire pendant toute la campagne. »

3) Souvenez-vous de l’Odyssée du Saint Louis en 1939 qui, chargé de Juifs, fut refoulé notamment de Floride (Roosevelt), de Cuba (de Céspedes & Bru) et du Canada avant de regagner l’Europe.

4) Je pense notamment aux populistes de Samoobrona (Autodéfense) et à l’extrême droite ultra-catholique et antisémite de la Ligue des familles polonaises.

5) Y compris en Suisse, conformément à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, Article 14 – 1 : « Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays ». La volonté politique de ségrégation et de maintien d’un groupe ethnique dans des conditions de vie indignes constitue bien entendu une persécution.

Giulio-Enrico Pisani

mercredi 15 septembre 2010
Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche