Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 14:29

Cedric-Bernard-Fabien-Sanchez-Catherine-Ysmal-006.JPG

 

 

                                               Candy Man

 

                                     Comme un solitaire

                             qui se tient de longs discours,

                           je parle à ceux qui vivent en moi :

 

                                            notre beauté

                                               fut prise,

                                 mais s'est rendue fièrement.

 

                         Observez nos fantômes en guenilles

                           descendre vers nous des collines,

                                          sur l'herbe folle

                                     d'une nuit tremblante.

 

                                      Pour déjouer la peur,

                                            celle qui dure,

                               mon sac est vide de ses tours.

 

                                J'offre une trace de sourire

                                          au jour qui vient,

 

                                            lui demande

                                           de me guider,

 

                                   car je suis plus vaincu

                                    qu'un pauvre quand

                                       il est mis en terre.

 

                                    J'en veux pour preuve

                                     tous les mensonges

                          qui s'étirent sur les chemins d'hier

                          et me longent comme une rivière.

 

                               Je suis l'homme de paille

                                 de mon enfance de fer.

 

                          Silence est demandé à mes pensées,

                                  un doigt sur mes lèvres.

 

                                   Je rejoins le hamac

                                      où je m'échoue

                                   et liquide mon verre.

 

                 Je déclare le chapitre de mes angoisses clos

                                        et le bar ouvert.

 

 

J'ai glissé sur le monde avec effort | Fabien Sanchez

éd. La Dragonne                                

commentaires