Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 08:00

 

 

 

Comment c'est possible que ça tienne debout l'architecture de Barcelone, le tohu-bohu des formes, les désarticulations des piliers en ogive qui s'éparpillent en fleurs, et puis ces anges agrippés au mur ? Comment ça tient debout ? On ne sait, on ne comprend pas. On n'est pas assez costauds pour percer les mystères des pierres. Devant toi, des pierres éboulées.

Je reprends le livre. J'essaie de comprendre ce que tu as vu,  et le questionnement que ça faisait en toi, l' irréalité présente, cette réalité inconciliable avec les lois de l'équilibre. Ca tient. C'est fait pour.

Et ça craque  pourtant en dedans de toi.

L'émotion est trop forte.

Le vacillement que c'est !

Et ta vie vacille. Fragile, si fragile. Accrochée à des fils reliés au coeur, à tes artères, à ce désespoir de vivre et de mourir tous les jours, ton doigt comme E.T. luminescent, pour une maison intérieure que tu voudrais rejoindre, pas habiter, mais rejoindre pour oublier le tout et qui ne tient pas d'équerre.

Rien ne tient dans cette folle folie d'un sens introuvable, introuvé, obsédant. Qui tue. Ne meurs pas ! Il n'est pas temps pour toi.

Cours, vole, vis, va, deviens, l'histoire qu'on vous a racontée n'est juste pas la vôtre.

Il a des fleurs au bout des colonnes arborescentes  striées de la Sagrada Familia qui s'éclaboussent, et les chérubins  de Palu Dalmases se cramponnent vaille que vaille aux pampres enroulées.

barcelone 005

barcelone-034-copie-1.JPG        

barcelone-030.JPG

 

C'est le matin !

Que ta journée soit douce !

 

 

 

 

"Le matin",  bronze de Geog Kolbe.

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

commentaires

DEB 15/08/2011 23:54


Je sais, c'est de quelqu'un qui... mais cela, qu'il a écrit m'a semblé pertinent : "« Il y a une facilité inverse à celle des noblesses de convention ; c'est celle des ignominies de convention.
Elle n'est pas moins inconséquente, et pose, qui se fait un jeu de l'ignominie. Ces malheureux n'ont d'autre voie de fuite que la surenchère dans le pire. Cela conduit très vite à descendre très
bas, dans des bassesses mimées — autre mode des insolences de la faiblesse. »


brigitte giraud 16/08/2011 02:32



Lourdes les conséquences, lourdes... La vie peut être menacée, est menacée, alors attraper n'importe où le désir de vivre, et laisser ce qui fait si mal.



DEB 15/08/2011 13:15


Je t'embrasse Marie, je t'embrasse fort...


brigitte giraud 15/08/2011 13:52



Merci à toi, merci pour elle. Qu'elle aille bien, surtout !  Elle ne doit pas mourir. Malgré TOUT, et le poids de la souffrance, il y a des gens qui l'aiment, il faut qu'elle sache cela. Et
c'est si difficile... Le ravage fait des ravages.



Dominique Boudou 14/08/2011 12:31


Va, vis et deviens. C'est exactement cela. Quand les obsessions rongent le corps et l'esprit, c'est toute l'architecture de soi qui est menacée, de soi avec soi, de soi avec les autres qu'on aime.
Comme dirait Léo Ferré, il faut réparer ton âme. De belles années restent encore à passer, dans le partage des mots simples, des émotions...


brigitte giraud 14/08/2011 20:46



Surtout cela, passer ailleurs, où ça ne fait pas mal ! Baisers baisers ma bella



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche