Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 09:37

Je parlais de l'espoir par la solidarité l'autre jour, Albert Camus pour béquille. Une référence dont personne ne mettrait plus en doute la juste cause, défendue par ses actes et ses livres.

Aujourd'hui, passage d'une année à l'autre, je voudrais compléter mon propos.

Je dis le constat, terrible! d'une société malade. Il est faux de prétendre que les gens heureux n'ont pas d'histoire : ils ont une histoire, comme chacun,  et elle est peut-être "heureuse".

Les gens mal-heureux ont aussi une histoire. ...

Mais d'autres paramètres, d'autres errances, d'autres douleurs.                                                           

Alors, pour eux, comment ne pas constater que notre société de la parole et de la technologie est elle-même coupée de sa parole, de ses liens,  de prolongements bienfaisants ?

Ce qui se rappelle sans cesse à nous est toujours ce qui va mal.

Confrontée l'autre jour à la précarité, à la misère, à la désespérance des hommes, je ne peux rester muette et borgne, parce que l'émotion est  forte.  Le constat est désespérant,   c'est une catastrophe !

Savoir. Juste savoir que passé ce moment solidaire, les êtres dépossédés retournent à la dépossession, à la rue, aux cartons pour le vent, et que le petit garçon, bonnet vert enfoncé sur le front,  baisse les yeux sur ce qu'il sait déjà de l'injustice sociale. Il baisse les yeux !

Le constat que je fais est celui d'un manque de parole  qui se contamine aux liens de la famille, du couple, de la fratrie, de la société dans son ensemble, trop emplie de ses peurs, de ses attentes et qui s'enlise.

Le constat que je fais est celui de la solitude amplifiée d'un manque de bienveillance.

Le constat que je fais est celui de la parole oubliée pour les uns, valorisée pour les autres, ceux qui ont l'impunité de la pensée correcte.

L'action solidaire merveilleuse, ( grain de sable sur la plage recouverte des algues boueuses de l'inégalité), et l'action commune  des manifestants de ces derniers mois, ne parviennent pas à être entendues.

Les remous sociaux n'auront eu aucun impact. La France dort d'un oeil.        De la vie dans le silence de ses organes de vie, mais la précarité l'empêche de hurler, figée dans son froid.

Le constat que je fais est celui d'être en devoir de trouver des moyens à sa disposition, pour chacun, se tenir en état d'indignation et de refus.                             

Dire "Non" à l'indifférence et à l'insupportable, dans une vigilance des jours à venir, en aide aux dépossédés de la terre.

Le 6 et le 7 janvier 2011 prochain, "L'avenir dure longtemps" apportera, je l'espère, je l'espère, une parole à la conscience d'être peu et de pouvoir encore... encore dire, sa place et sa lucidité.

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

marie-claude 02/01/2011 16:54


Il y a vraiment deux mondes, à celui qui prend s'oppose celui qui donne, entre les deux l'indifférence ...et l'inégalité règne ...


brigitte giraud 02/01/2011 19:16



Alors, on va faire en sorte que ... Oui, oui.



Clay-dreams 01/01/2011 20:46


Constat amer mais tellement lucide.
La peur, tu as raison, la peur, les peurs, encore et toujours qui empêchent le dialogue, freinent le partage.
A tous niveaux on a même peur de faire confiance.
Soir'


brigitte giraud 01/01/2011 21:33



Belle année à toi ! même pas peur !!!!!



La Griotte 01/01/2011 19:25


Utopia, "en aucun lieu". pays imaginaire inventé en 1516 par un certain Thomas Morus. Construit à partir du grec "ou" = "non, ne pas" et "topos", lieu. Une "topie", fabriquée de t. En clair, nous
sommes responsables des topies de demain ! Donc Hue ! Topie...
Promis : si un jour me vient l'idée d'acheter une jument je l'appelle Topie !


brigitte giraud 01/01/2011 21:35



merci de ce complément d'info. Topographie...bien sûr !  Pas mal comme nom, Topie.



La Griotte 01/01/2011 17:53


l'utopie c'est une question de temps, le temps d'enlever le "U" de topie !


brigitte giraud 01/01/2011 18:00



Reste topie, et tiopie ça veut dire quoi au juste ?



La Griotte 01/01/2011 16:23


La puissance de l'énergie heureuse est tout aussi forte que celle de l'énergie malheureuse : à l'image de ces philosophies du zen, peut-être qu'en nous appliquant à développer cette énergie
créatrice... On peut rêver, non ?


brigitte giraud 01/01/2011 17:46



Le rêve n'est pas de l'utopie.


Belle année à toi.



soulef 31/12/2010 12:21


J'en ai commandé des places pour eux justement , on viendra à "La maison Cantonale" Brigitte ,toute fière de leur montrer le travail d'une amie comme toi qui se bat aussi pour eux.
Merci à toi de semer l'espoir...
Je t'embrasse très très fort...


brigitte giraud 31/12/2010 13:21



Merci à toi, soulef, donc on se verra bientôt. JE T4EMBRASSE;



christiane c 31/12/2010 11:23


Après lecture de ton texte et le début d'écoute "Madame la Misère", j'ai arrêté à grand regret la chanson trop près de ma réalité. C'est terrible pour nos frères dans la misère totale, dans
l'indifférence totale comme s'ils étaient responsables de leur état. Révoltante cette société de chacun pour soi. Révoltant de ne pas prendre le temps de saluer un malheureux qui mendie. Révoltant
le regard méchant vers ceux qui ont faim. Tout simplement REVOLANT CETTE SOCIETE où seuls sont reconnus que les plus aisés d'entre les hommes. Fortunés regardez autour de vous, des êtres humains
souffrent par leurs isolements et l'indifférence que vous avez envers eux.
Mais, j'espère qu'un jour que ces petits gens pourront enfin relever la tête et vous toiser.
Je les respecte ceux qui souffrent de solitude et je suis avec eux.
Le texte que tu as écrit est formidable Brigitte tu as trouvé tous les mots qu'il fallait dire.
Bises ma Douce


brigitte giraud 31/12/2010 13:43



L'année prochaine sera meilleure pour toi j'espère, christiane ! baisers roudoudoux



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche