Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 11:35

3656954652_5a01773e7a.jpg

 

 

Je me souviens avoir participé à un colloque en 2003, où j'avais parlé de Georges Perec.

"W ou le souvenir d'enfance"  est un livre fabuleux sur l'écriture.

 

Qu'est-ce que c'est que l'acte d'écriture ?

Pour chacun autre, différent, miroir déformant ou non de la vie, de sa vie, de l'histoire de son existence et... parfois, elle en devient indissociable.

Alors, on pourrait croire qu'on naît en la portant en soi,quand on déplie, plus tard, la carte intime de ce qui a construit son identité. Sa vraie identité, celle qui interroge l'être toute sa vie sans doute.

Revenons sur le parcours de Perec. Il est né en 1936, de deux parents immigrés polonais. La guerre éclate. Son père y meurt dès l'année 1940. Sa mère sait le danger pour elle. Elle envoie alors son fils de 4 ans chez des gens qui le garderont, peu avant sa déportation à Auschwitz d'où elle ne reviendra pas. Comme elle n'est pas française, elle n'aura pas droit à la mention "Mort pour la France". Les deux parents de Georges Perec n'auront pas laissé de trace sur la terre, aucune sépulture n'accueillera leur mémoire.

Georges Perec a, d'eux, un souvenir extrêmement ténu. Celui de leur disparition, informe, prend en lui toute la place.

Il se constituera une famille : ce sera celle des écrivains.

La lecture le sauvera.

L'écriture aussi.

 

"Leur souvenir est mort à l'écriture.

L'écriture est le souvenir de leur mort

et l'affirmation de ma vie."

commentaires

Dominique Boudou 05/09/2010 20:32


Peretz, en hébreu, ne veut-il pas dire trou ?


brigitte giraud 06/09/2010 14:54



Je crois bien, oui. D'où ses mots croisés, et une seule case noire dans la grille.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche