Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 15:55

Avant de suivre le chemin de sa liberté et de l'existence que Robert Misarhi dit misrahi.jpgheureuse puisque libre, le sujet ne sait pas qu'il se tient dans une existence spontanée.

Je cite ici l'auteur du livre, Véronique Verdier, qui, après l'entretien avec Robert Misrahi, parle de quelques concepts essentiels pour le philosophe, dont celui de liberté.

 

 

 

"Dans la vie telle qu'elle se déploie immédiatement, le sujet ignore le pouvoir constituant de son désir et se saisit d'abord comme passivité.... Des déterminisles qui s'additionnent  et se renforcent les uns les autres."

Dans le Travail de la liberté, il écrit que "des lois rigoureuses commandent sa vie, son action, son avenir et qu'il est vain de s'opposer aux lois et aux événements. L'homme n'est pas complètement averti de sa liberté, il pense que des divers déterminismes le portent vers des choix, des buts, des projets qu'il n'a pas choisis.... C'est une simple croyance qui s'est développée.

Toutefois, cette croyance a un effet réel : l'impossibilité pour le sujet d'envisager une situation autrement que telle qu'elle se propose ou qu'elle s'"impose" à lui.

Du coup, le sujet se laisse envahir par les sentiments de son impuissance et de sa fragilité...

...(...)

Mais cette passivité n'est pas une donnée brute, elle est une sorte de choix de la dépendance, de la passivité, de la complaisance envers un faisceau de déterminismes et de forces.

Robert Misrahi met, là en évidence un choix qui n'est autre que celui de la facilité. Lorsqu'on renonce à sa liberté, on renonce à exister véritablement.

...

Le sujet vit alors un rapport versatile au temps. Il oscille entre un instantanéisme et une vue à court terme, et l'espérance en un avenir qui lui apporterait une sérénité de manière quasi-magique.

Le plus souvent c'est l'angoisse qui domine, angoisse face à la vie qui lui glisse entre les doigts."

 

Véronique Verdier

Entretiens avec Robert Misrahi

l'existence comme itinéraire

éd. Le Bord de L'eau

commentaires

véronique verdier 24/10/2012 08:49

Où voyez-vous un "devoir-etre"? Où se trouve la "bien-pensance"? Il serait temps de prendre l'existence au sérieux, il se peut qu'on n'en ait qu'une ! Comme l'écrit Thoreau dans son Journal : "Si
je ne suis pas moi, qui le sera à ma place?"

brigitte giraud 24/10/2012 11:33



Vous avez raison. Prendre soin de cette existence-là, où nous sommes Sujets, (comme le dit Robert Misrahi) pensants et libres.


Amitiés



tempesdutemps.over-blog.com 21/08/2012 17:53

Ah la la, que c'est bien vu tout ça ! Ben oui, parce que si tout est déjà vu, qu'il est évident (arglll ce mot !) que c'est ça et ça qu'il FAUT faire, où est le choix, donc où est la liberté ?

brigitte giraud 21/08/2012 19:47



Ce "devoir d'être" est ce qu'on appellle la porale ou la bien-pensance, non ?



Dominique Boudou 21/08/2012 16:35

Un bel entretien, d'humilité et de simplicité, mais néanmoins ambitieux dans la construction de la joie.

brigitte giraud 21/08/2012 19:49



Tout n'est pas simple, mais j'aime bien cette partie-là, de la fin. Je la trouve très en justesse.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche