Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 02:08

J'ai cherché une couverture blanche. J'ai parcouru la maison, soulevé des draps, des édredons, des taies d'oreillers... et cette couverture blanche très très douce, celle-ci, précisément, je ne l'ai pas trouvée.

Alors je l'ai cherchée ailleurs, soulevé des pellicules de mémoire, des coussins aux jours d'images, des couvre-lits imaginables... et je l'ai retrouvée, là-bas, noyée de l'autre côté d'un pont.

J'ai repensé alors à ce livre : "La couverture du soldat" de Lidia Jorge. Une hyu.jpghistoire qu'une fille s'invente pour rejoindre un père absent/présent, et dont elle ne recevra jamais de lui que des images d'oiseaux,  un révolver et une couverture.

"Walter ne venait pas seulement d'Australie, il venait d'Afrique, il venait d'Afrique du Sud, du Tanganyika, d'Angola, il venait des côtes de l'Amérique du Sud et des Caraïbes, des Antilles, il venait du Nord, de l'Amérique du Nord, des terres froides du Canada. Il apportait un morceau du monde avec, l'âme du monde, la sensation du mouvement à travers l'espace."

Ainsi, ma couverture blanche, ma couverture à moi, sera donc devenue une douceur de nulle part et de n'importe où, un morceau d'étoffe où loger peut-être une émotion, par un  jour de grand froid, et  couvrir, incognito, un visage fatigué.

La disparition de la lumière infiltre les objets mêmes. Ils disparaissent de leur état initial, le sens n'y est plus.

Voyez donc cet homme à la poche plastique pendue au bout de sa main,

tel que je l'ai aperçu un soir,

s'arrêtant pour allumer sa clope,

tel que je l'ai aperçu un soir,

et s'en allant au bout du monde,

tel que je l'ai aperçu un soir...

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

Dominique Hasselmann 08/12/2011 12:06

Où l'esthétique rejoint le plastique...

J'aime les plans fixes (et celui-ci)!

Dominique Hasselmann 08/12/2011 12:04

Où le plastique rejoint l'esthétique...

J'aime les plans fixes (et celui-ci) !

brigitte giraud 08/12/2011 20:35



merci Dominique. Moi aussi j'aime ce "concept" de la Photo Qui Bouge. Une minute et tout serait là.



Dominique Boudou 07/12/2011 17:23

Je me souviens de ce livre, en effet, une terre perdue, une vieille famille nombreuse et les souvenirs du soldat mort qui revient hanter les vivants.

brigitte giraud 07/12/2011 19:36



La fille qui retrouve ce père qu'elle ne savait pas, mais dont elle pressentait la présence.



Christine 07/12/2011 06:48

il nous pousse des antennes dans le nez, les yeux, les oreilles qui ne demandent qu'à s’agiter au contact d'une odeur, d'une silhouette ou d'un son...
elles se connectent directement au cœur qui s'emballe, à la tête en surchauffe, à la peau qui se rétracte
c'est fugace,ça prend par surprise et nous laisse haletant

brigitte giraud 07/12/2011 16:41



C'est ce qui me tient toujours, ces antennes-là, reliées au coeur, au sentiment, et à l'émotion... une magie nécessaire pour vivre !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche