Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 02:12

Il y a des mots qu'on invente.

C'est toujours comme ça.

Ça s'appelle "l'intimité de partage conniventiel". J'ai trouvé cette expression cette nuit. "Oh ! mon Dieu, que c'est pertinent !" je me suis dit, en souriant.

L'intime impose le mot, les mots.

Nous avons toujours ici, dans la bibliothèque, un épais calepin à reliure rouge qui se noue par deux liens également rouges. Nous y consignions nos inventions qui ont toujours le vent en poupe ou que l'on retrouve avec enchantement, comme un ami un peu perdu de vue.

"L'intimité de partage conniventiel" est un jeu sur la langue. Tout au bout de la langue, un souvenir de toi, comme dans la chanson que j'aime bien, quand elle a du sens. Après, il arrive que le sens se disloque, mais jamais tant sur ça.

D'autres jeux de connivence rhétorique viennent accrocher la phrase, et la faire danser. En toi. En moi. En cris et en chuchotis. Un regard imaginé pour un mot. Ou bien c'est l'inverse qui tient lieu de lexique en train de se construire.

Et s'il n'y avait pas ce lien dans le lieu du lexique en train de s'élaborer, jour après jour, hein ? il y aurait "un manque" du mot poétique.

Ne croyez pas que je délire par cette expression pompeuse (c'est ce que j'ai trouvé de mieux cette nuit !) : il est absolument nécessaire de noter, de gerder dans un petit coin du coeur, ne pas oublier "l'intimité de partage conniventiel".

"L'intimité de partage conniventiel" ne parle jamais au hasard. Il livre. Il délivre. Un moment en tout cas. Avec seulement tel être, ou bien tel autre. Il dit ce qui ne se montrera jamais à la fenêtre.

Même ce qu'on croirait être une bêtise ne sera pas contre-façon. Mais juste soi. Dépassant soi. Par et avec l'autre. Mais pas avec n'impote qui et n'importe comment. 

C'est une langue tellement basique parfois, mais une langue augmentée.

Voilà, c'est ça, "l'intimité de partage conniventiel" est une langue augmentée.

Ce sont des onomatopées primaires et douces "aaaaarrrrrrrhhhhgggggghhhh !"   "rhôôôôôô !" qui griffent le cerveau et les sens, des mots de toutes les couleurs, des mots de poche à soi, ou des mots-valises, des mots décalés, des mots en coin de l'oeil qui n'existent que pour le coin de l'oeil,

ou bien des larmes qui débordent dans un éclat de rire...

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 20/08/2012 20:11

Cette chanson est un régal.

brigitte giraud 20/08/2012 20:19



vi !



Claire 01/08/2012 16:40

Rassure-toi Brigitte, c'était un vrai direct --- mais sur du velours --- dès la première version. L'ajout de la musique apporte une touche de douceur supplémentaire, appréciée, vraiment.

brigitte giraud 02/08/2012 19:10



Du coeur au coeur, yes. Et le film avance....



Christine 01/08/2012 11:41

:) mais si c'est bien !

j'ai tendance à rétrécir les choses et les mots, condenser, concentrer, tout ramasser sur moi, surement un passage obligé, va savoir !(pourvu que cela ne devienne pas une tare !)

brigitte giraud 02/08/2012 19:09



c'est du partage, tout simplement et pauvrement et ...bellement;


Merci pour ces deux jours, bella !



Christine 01/08/2012 06:49

tout un monde dans un seul mot
deux grands mots pour (re)bâtir le monde

AMITIÉ PARTAGÉE

[pas besoin d'en inventer plus ou moins, ils sont évidence]

brigitte giraud 01/08/2012 10:23



ben oui, c'est qyue j'ai voulu faire "drôle", alambiquer exprès la chose... c'est pas très réussi !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche