Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 12:27

C'est moche. On s'indigne quand c'est moche. Contre la violence, d'où qu'elle vienne. La petite sortie du bus et les moyens utilisés pour la sale besogne... Mais quoi ? Au-delà de "la façon", il y a cette réalité qui donne froid : l'expulsion brutale qui dit "de toi, on ne veut pas !" Expulser dans la douceur ? Il n'y a pas de douceur dans le rejet. Le respect de la loi est une affaire d'hommes de main à tout faire, même le pire. On l'a toujours su.

  Extreme-tension-Louise-Bourgeois

 

 

J'ai gardé ce texte, traduit de l'albanais et écrit par Valdet, au Centre D'accueil des Demandeurs D'asile. Quand je relis son texte, je revois cette femme magnifique, digne et apeurée. Elle écrit pour ses enfants.

 

"Ma malédiction

Je te maudis avec mon esprit et mon coeur

toi, celui qui ne m'as pas laissée tranquille,

celui qui m'a détestée,

et toi, celui qui as fait obstacle à ma vie.

S'il y a des médecins ici,

qu'ils précisent mon mal,

qu'ils me soignent,

qu'ils m'arrachent mon angoisse.

Pour que je sois heureuse seulement une fois dans ma vie.

S'il vous plait, laissez-moi tranquille !

Laissez-moi en paix !

Pour que je puisse vivre ma vie.

J'aime mieux la vérité, seulement la vérité.

Et si je meurs.... La vie est comme ça quand même...

Je ne peux pas la changer.

Je fais un pacte avec l'avenir pour supporter ma douleur.

Vous comprendrez plus tard cette vérité

que les conquérants s'accaparent tout du monde.

Sur le chemin de la vie, Albion, Léon ! Vous, je vous attends.

Là, vous me trouverez,

même si je me meurs." 

   

 

  

 
   
 
Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

bourmaud 21/10/2013 11:48

J'ai oublié de te dire ma grande émotion et les frissons en relisant ce texte ... que ma mémoire associe inévitablement à tout ce qui nous transperçait en l'écoutant, la regardant le lire. Sa peur,
sa colère, son désespoir. Je veux quand même croire qu'avec le temps elle connaîtra un peu de paix

brigitte giraud 21/10/2013 13:54



Oui, j'ai gardé tous les textes.. mais celui-ci n'est pas rien pour toutes les raisons que tu énonces ! Une émotion toujours très vive. Que les heures pour elle soient adoucies.


Reçois toute mon amitié, Dominique.



bourmaud 21/10/2013 11:43

Bonjour Brigitte,

Oui, il fait mal ce monde et il manque cruellement de sens et d'humanité, surtout
Pour allumer une petite bougie dans tout ce noir, je te dirai seulement que Valdet et sa petite famille ont finalement été régularisés, ont obtenu un appartement, son mari travaille, elle a fait
une formation pour apprendre le français. Léon va à l'école bien sûr
Sa douleur sera toujours là, je crois, quand même ...
Je les ai perdus de vue maintenant depuis un an environ
Et le Cada continue à se remplir, se vider, se remplir, se vider ...
Une amie m'a signalé aujourd'hui le bel article sur Giro dans Sud Ouest. Pour moi, ce qu'il dit est le reflet de ce que pourraient dire beaucoup d'autres, qui n'ont pas forcément les mots.
Embrasse-les de ma part
Et je t'embrasse aussi !
Dominique

brigitte giraud 21/10/2013 13:36



Chère Dominique, merci de ton mot et tout ce qui vient me rassurer quand même... Je voulais être  dans l'écoute au CADA, sur ce fil qui porte et qui nous apprend...,  dans le juste, ce
qui me comble et qui me terrifie toujours. Tous, on allume des bougies, c'est ça. Toi...je me souviens bien. Je suis bien heureuse, là, pour Valdet, (cette femme magnifique qui demeure en moi) et
sa famille, et pour chacun qui trouve place ici. Rien alors ne sera en vain. Croire en cette solidarité, oui, pour la paix des coeurs. On l'oublie tellement, celle-ci, hier comme aujourd'hui !


Très bel articvle de Giro ce 21 octobre dans Sud-Ouest. Bientôt la sortie du CD de Souleymane Diamanka auquel Giro a participé. Ce qu'il raconte est un chemin de vie, une vie qui est une histoire
singulière, digne et belle. Tout raconter est impossible, c'est tant de douleurs à affronter et de ténacité à avoir. Mais au travers des mots, il est une parole témoin. C'est un beau jour. Je
leur transmets tes amitiés, bien sûr.


 


Je t'embrasse Dominique. Je vais refaire des ateliers au CADA. Nous reverrons-nous alors ? Je l'espère.



marie-claude 17/10/2013 19:05

OUI, c'est moche
de renvoyer chez "eux" ceux qui ayant fui l'enfer n'ont plus de chez eux !
de renvoyer à la misère celui qui tend à gagner désespérément sa croûte ...
au nom de quel égoïsme aurions-nous des droits qu'ils n'auraient pas ?

brigitte giraud 17/10/2013 21:05



Qu'on est mal avec tout ça ! ça fait mal partout, ce monde.


Amitiés.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche