Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 05:29

Une chose me perturbe. Untel me dit qu'il m'a fait découvri3836064821_e37f160bed.jpgr Vlaminck et que j'ai dit que "j'aimais pas"... Bon ! Soit ! Je n'ai pas, moi, le souvenir de cet "événement". Peu importe l'objet du souvenir en question... Encore qu'il y aurait à dire sur l'objet du supposé souvenir. N'empêche, ça parle, un truc pareil. Vlaminck est mort en 58,(l'année de ma naissance, tiens !), donc il se trouve forcément à Orsay. A Orsay et ailleurs. Je suis allée plusieurs fois au musée d'Orsay, et ailleurs. J'ai donc vu ces toiles. Moi, il me semble que je le connais depuis longtemps, Vlaminck. Depuis quand ? Peux pas dire. On emmagasine des connaissances et on chemine avec. Donc la mémoire de Vlaminck, sans que je fasse une thèse sur ce peintre paysagiste, je la porte en moi. Les expos sur le fauvisme ne manquent pas. A Paris et ailleurs. A Bordeaux, tout pareil.

Mais ce qui est toujours troublant,  c'est le souvenir non partagé. Celui qui est sûr du sien, de son souvenir, l'annonce comme une vérité irréfutable. Soi, en face, on est pris en quelque sorte en état de dissimulation de la chose irréfutable. En non-reconnaissance d'un fait, et en état mensonger pour un peu.

là, c'est énervant ! Parce qu'il n'y a pas de défense possible. C'est une parole contre une autre. Ne pas valider le souvenir de l'autre n'est pas, pour autant, bien au contraire, porter caution à sa bonne foi. 

Donc que se passe-t-il là ? Peu importe Vlaminck,  ce qui pose question, c'est qu'un impossible souvenir s'est incrusté dans la mémoire d'un autre, et qu'il n'a pas non plus des raisons de mentir. Le souvenir a donc été d'une certaine façon fabriqué, et il a pu s'établir sur des signes extérieurs, lus et compris, en-dehors de moi-même, de telle sorte que la phrase est dite sans ombre et considérée comme vraie : "Tu ne connaissais pas Vlaminck, je te l'ai fait découvrir et t'as pas aimé !" Sous-entendu, maintenant tu peux dire ce que tu veux, c'est la vérité vraie.

Pour une affaire bien grave, je m'étais intéressée au phénomène complexe de la mémoire. Dans le Nouvel Obs de cette semaine, il y a justement un dossier sur la mémoire. Elisabeth Loftus est une fois de plus citée. Je lis le récit de l'expérience qu'elle a menée auprès de ses étudiants : ils sont face à un ordinateur avec ordre de ne jamais toucher la touche "alt" sous peine de faire planter le système. Ils ne le font pas, mais l'ordinateur est prévu pour bugger.

"- Vous avez appuyé sur "alt" !

- Heu...

- Je vous ai vus !"

Et 30% des étudiants vont "se souvenir" d'avoir fait l'erreur, et même vont raconter à quel moment ils l'ont commise...

Elle pose donc le postulat qu'il n'y a pas une mémoire, mais des mémoires : l'informative (j'ai eu une amende pour excès de vitesse, cet après-midi),  la perceptive (celle des formes), la procédurale (les gestes et les actions répétées), la sémantique et explicite (je sais faire une opération et conjuguer le verbe être et je te le dis), la mémoire épisodique et personnelle (faite d'émotions, revisitée sans cesse par de nouvelles émotions ; un fait revu quinze après n'aura pas la même lecture que sur l'instant vécu et le même événement ne sera pas restitué pareillement entre les êtres qui auront pourtant vécu la même chose), et enfin, -et c'est cela qui est nouveau et de plus en plus investiguée-, la mémoire autobiographique, faite à la fois de la mémoire sémantique et de la mémoire épisodique (c'est dire si les émotions la rendent extrêment fragile).

La mémoire est donc une affaire très compliquée. Elle est terrible, la mémoire de l'autre. Une fois installée, comment la déconstruire ?

Nous n'y pouvons rien, si ce n'est de dire :

"C'est la tienne, tu as sans doute des raisons qui t'appartiennent de penser cela, mais ton souvenir fait parti de ton histoire à toi, pas de la mienne."

Sinon, on peut être foutu, terriblement douloureux et meurtri pour très très longtemps, j'ai vu cela, je le vois, réellement foutu. Quand l'objet du supposé/souvenir est accusation invérifiable, par conséquent invérifiée, il devient une profonde blessure.  

Ma petite histoire à moi, inconséquente sur la mémoire de Vlaminck, m'indique ceci : je n'échappe pas moi-même à ces distorsions, ce qui est en moi n'est pas forcément en l'autre, et il est bien difficile d'accorder entre soi tous les champs de l'affectif, tant nous sommes rivés à nos représentations.

Alors tiens ! j'ai bien raison de noter chaque jour, au moins l'événementiel, qui me ramène toujours à l'affectif du moment.

Le 14 février 2010 était un dimanche, j'avais 18 295 jours, j'écris dans mon calepin : "je débute ma grande oeuvre Requiem,  j'ai reçu des fleurs, je n'ai pas de nouvelles depuis trois jours. Triste, triste !"...Ceci est relié en prise directe à mes émotions.

L'an dernier, le 14 février 2011 était un lundi, j'avais eu deux cadeaux : un sac blanc acheté la veille à la Foirefouille, et un petit haut noir acheté ailleurs, j'avais pris un rendez-vous avec les Tafurs, et le lendemain il y avait le film pour Aldo, j'avais 18 658 jours de vie. Tout ceci est relié en prise directe avec les  émotions qui m'ont traversée, oui.

Aujourd'hui, j'ai 19 021 jours de vie, j'ai évité cet après-midi de passer devant la Foirefouille, mais j'ai farfouillé sur mon ordinateur pour m'y trouver, yo !, dans  une place, un mail, une image, un clic sur facebook... j'ai eu de l'eau de toilette Gaultier et c'était surprise !, j'ai échangé avec Corinne, la revue Le Festin a mentionné mon livre dans son bloc-notes, j'ai monté une ancienne vidéo...

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

Manuel Montero 19/02/2012 10:02

Chère Brigitte,

il y a bien, si l'on peut dire d'une "inquiétante étrangeté" qu'elle est bien ou qu'elle "y est", de la pensée freudienne dans les mélanges de mon atelier. Je crois même me souvenir que Freud en
avait trouvé l'idée (eureka) en tant que touriste devant le Parthénon de l'Acropole d'Athènes... ce qui laisse encore plus songeur. J'avais entendu Jacques-Alain Miller, gendre de Lacan, mettre
cette notion en rapport avec la difficulté de regarder la lumière, disons une lampadaire ou le soleil. Pour ce qu'il en est de la couleur on reste avec cela encore sur le champ des "connaisances"
associées à la lumière, comme si elle était en même temps image et moyen de connaissance, mais aussi antithèse de l'inconnu, qui serait l'obscur qui avec elle donne sur une peinture la grisaille,
le clair-obscur, et donc en conséquence, la possibilité du volume.

Alors, j'aimerais poser la question qu'on voit, pour ne pas chercher plus loin, à l'ouvre dans la profusion des couleurs "purs" ou pas, chez Vlaminck, sans pour autant je crois "vous le faire
découvrir", puisque ce serait d'usurper cet ami têtu dont vous dressez le profil. Il y semble renoncer lui aussi à une superstition, celle du savoir-faire, duquel les avant-gardistes voulaient ne
pas être dupés, pour plonger dans ce qui fait de ce que j'appelle superstition (aussi) une sauvagerie, un atavisme. Ce serait comme toujours une quête sans fin du passé, tout confondu par son
infinitude avec l'avenir, pareils l'un et l'autre. Et puis il travaille encore, selon le précepte, et malgré son avant-gardisme, d'après nature. Il va faire jouer aux couleurs le jeu, la singerie,
de nous redonner à voir un paysage. Il ne peut ignorer que sa peinture est l'équivalent du récit d'un bucolique; mais son pari est non pas tellement l'intensité ou la pureté, mais le jeu actoral
des couleurs, leur personnalité qui dépasse et s'accouple au récit "bucolique", tout comme sur le poème, sur le fond de paysage, ce sont toujours les amours des faux bergers et des fausses bergères
qui vont circuler, dans le temps, dans l'espace, et en dehors d'eux, dans un cercle vicieux qui ne peut que nous fasciner et nous emporter en sarabande, nous amener à la répétition, n'est-ce pas
?

Chère Brigitte, je vous prie d'excuser l'épaisseur de la couche que je viens de mettre sur votre commentaire au fauvisme.

Amitiés.

brigitte giraud 20/02/2012 05:29



La lumière crée l'obscur en peinture et le vide le mouvement en peinture, ça me semble juste, ça.



C comme Corinne 18/02/2012 09:30

le bancal des souvenirs des uns et des autres. Du vécu partagé qui finalement n'est pas le même. Tu as raison de noter. Je le fais aussi un peu, pas assez.
Mais je me souviens aussi, nous avons échangé ensemble ce 14 février 2012.

brigitte giraud 18/02/2012 12:30



Noter, oui, oui. J'ai tous mes agendas, depuis... depuis... depuis longtemps. Je prends toujours le même format. Ca devient de véritables livres, avec des notes, des lettres dedans, des mots, des
tickets de bus, de métros, de trams, des notes d'hôtel, des titres de voyages, des entrées de théâtre, de spectacles, de cinéma, des titres de transports... de transports.



Manuel Montero 17/02/2012 13:19

Encore plus ridicules que la superstition sont les démarches prétendant l'abolir pour longtemps. Dans ce qui touche la peinture et la couleur, je pense à la précarité psychique dans laquelle se
placent tous ces peintres qui ont prétendu fonder sur les maigres constats des sciences officielles leur rapport aux couleurs. C'est de la mortification; et je ne vois aucune différence d'avec les
pénitences des superstitieux. Ou les autres qui ne font que se réclamer des retrouvailles d'avec l'enfance, et qui rappellent la sourdine du prédicateur le plus ignare. Mais j'en sais rien, et je
m'excuse de déplacer la discussion. Je viens de faire connaissance, et c'était aussi de ma part une "notation".

brigitte giraud 17/02/2012 21:37



On porte en soi  "l'inquiétante étrangeté", ce que Freud appelait la notion d'Unheimliche, qui désigne cette impression de connu, de déjà vu, qu'on ressent parfois dans la réalité
ou dans le rêve. C'est peut-être  cela qui est en filigrane dans votre commentaire.



Dominique Boudou 15/02/2012 19:07

Excellent rappel sur la complexité interactive des mémoires. Elles constituent un monde qu'on n'a pas fini d'explorer et les neurosciences admettent enfin de croiser leur champ disciplinaire avec
la philosophie, la psychanalyse, la sociologie, l'anthropologie, même la littérature.

brigitte giraud 15/02/2012 20:45



Complexe, oui.  


Ne pas hurler avec les loups,  pour des sauces immangeables parfois.


Mes p'tits carnets sont de bons marqueurs, pour ne pas oublier ce qu'on ne veut pas oublier.



Christine 15/02/2012 17:19

ça sent bon, tout ça,
en notes sur calepin
se souvenir même des petits riens
surtout des petits riens

brigitte giraud 15/02/2012 18:43



Terrible à relire. Le passé revisité... On garde tout. Tout est là. Les petits et les grands riens,  tout.


 



Dominique Hasselmann 15/02/2012 09:01

Mais Vlaminck, j'aime sa symphonie inachevée.

brigitte giraud 15/02/2012 17:18



Un coloriste des paysages.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche