Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 23:08

100 3891

ll

 

 

 

Alors la nuit, 

quand je ne dors pas,

je  marche dans ma tête...

 "Bonjour tristesse", était dans mon livre au noir, comme l'oeuvre au coin du bois qui veille, surveille à la lampe, et j'écoutais cette chanson-là. "La vie Théodore", pour elles, les désespérées qui parlaient peu et fort, depuis leur chambre ou dans le parc, dans les coins du carré où poussaient les vignes.

Je t'ai montré la maison, en hauteur de la ville. J'ai poussé les portes aux battants doubles, des vitres, et la transparence des années. C'était ici, hier. Ici. Aujourd'hui, c'est hier. L'oubli n'est pas un lieu.

 Et je pensais que toute tristesse survit toujours à la tristesse.

Comme s'il fallait par elle, rejoindre à son essence même, la douleur, la grande douleur immémorialement immobile au fond de l'homme, fossilisée en chacun de nous sur cette terre, l'oeil entrouvert à la manière des chats, pour un jour traverser les galaxies d'une âme offerte et bonne.

"Alors la nuit, quand je dors,

je pars avec Théodore,

marcher dans le désert... "

Il se trouve ainsi quelques chansons qui demeurent en soi. Une histoire suspendue à la lèvre.

 

  
Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

marie-claude 28/08/2010 11:21


j'aime beaucoup Alain Souchon ...


brigitte giraud 28/08/2010 13:21



belel journée marie-claude !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche