Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 12:53

Pour Dominique.

EVRAC 027lle m'écrit :

"C'est le bancal qui nous remet la tête à l'endroit..."

Oui, je suis sûre de cela.

Ce qui n'est pas d'équerre questionne forcément.

Ce qui ne tourne pas dans le bon sens questionne le sens.

J'ai pris parti pour le bancal depuis longtemps, un paradis quoi qu'on en dise, sans légende à mettre dessous, une hébétude d'être vivante, et de tenter de vivre, damnée comme tout le monde et le sachant, maudissant, maudissant la ligne droite, préférant celle de sorcière à la Deleuze, parce que ce qu'on trouve, ce sont des feux, qui brûlent les hommes et les inondent de flammes, brûlés dans l'âme et enrichis de la brûlure, ce qui craque fait des pousses neuves, cendres grises et des étincelles rouges. ..

On se nourrit de ce qu'on traverse. Ce qu'on traverse nous amène à d'autres terres. Des branches qui gênent la route, on entrevoit des clairières et des mots neufs, des mots, oui, des mots à en extraire une huile essentielle pour le corps, le coeur... 

Le bancal ?  une sidération, un engloutissement dans un marais, un danger, un sac de clous, et un écho soudain qui vibre.

 

 

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

commentaires

anne 10/04/2011 21:17


pour l'écho vibrant, je chéris ton bancal


brigitte giraud 10/04/2011 21:21



Cela fait très longtemps. Ca vibre lent...  je te remercie de ton mot !


Baisers à toi



C comme Corinne 10/04/2011 17:56


Ah cette musique ! le bancal fait pleurer et frissoner là


brigitte giraud 10/04/2011 20:27



Belle, hein, cette musique ! je me souviens de cette jeune femme qui monte un escalier, mélancolie chaloupée, les gestes comme battements de paupières, lents...



C comme Corinne 10/04/2011 17:54


Prendre parti pour le bancal, je ne sais si l'on fait LE choix. IL advient le bancal au détour d'un chemin qui aurait pu être droit.
Vivre avec et en faire une force, un déséquilibre bienheureux qui fait pencher vers les autres et se regarder de l'extérieur...
L'important est de rester bancal, droite dans ses chaussures et de ne pas tomber.
Je t'aime


brigitte giraud 10/04/2011 20:33



Ma Corinne, c'est ça, exactement ça !  Sans ce côté bancal, je ne serais plus moi-même, nous ne serions plus ainsi que nous le sommes. Alors que cela soit ! Muss es sein, es muss sein. Cela
est. Et ton blog, ma bella ? Ca me manque...



Christine 10/04/2011 10:39


Certains ont besoin de bancal, d'autres de lignes courbes ou d'équerres pour tenir droit...
Peu importe, pas grave, si c'est pour respirer la vie, ne pas être transparent, indifférent
-rien à faire contre ça, pas d'issue de secours-


brigitte giraud 10/04/2011 12:51



Oui, n'empêche, je crois qu'on est plus sensible aux autres quand le "bancal" est intervenu dans sa vie et qu'on l'a senti...Pour le reste, chacun fait toujours comme il peut avec cette drôle
d'histoire, oui.



Dominique Hasselmann 10/04/2011 10:35


La ligne de vie est forcément sineuse : regarder une main. Le paradis est l'enfer à l'envers : retourner la peau des choses, des mots, des jours et le faire avec art, comme ici.


brigitte giraud 10/04/2011 12:52



Parfois la "ligne de vie" dans la main est appelée "ligne de chance".



Sienne 09/04/2011 13:50


La ligne droite, le plus sûr chemin pour faire fauss route, passer à côté de ce qui importe vraiment, ne voir que la surface des choses.
Il faut s'avoir s'immiscer, se frayer un chemin, tomber se relever, repartir ... griffée mais vivante, meurtrie mais mouvante.
S'émouvoir, se mouvoir .... vivre !
J'ai toujours préféré les jardins anglais
............ Le mystère et le charme plutôt que l'ordre et la parade .....


brigitte giraud 09/04/2011 15:39



Je suis d'accord avec toi. La voie rectiligne ignore les ronces qui resteront dans l'ombre. Une simplification des choses par ignorance de ce qu'on ne veut pas voir.


Amitiés



Zineb 09/04/2011 13:42


beau texte... je retiens les mots à l'huile essentielle pour le corps et le coeur...


brigitte giraud 09/04/2011 15:41



Ca fait la peau plus douce, la peau de la misère.


Baisers avec tongs aux pieds



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche