Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 13:08

fabrice-farre-le-chasseur-immobile.jpg

 

"L'oiseau sauvage nous épiait, nous
qui étions deux à reconsidérer
inertes, le chemin parcouru dans la chair.
Les villes intérieures, les bagages ficelés,
le manque de mouvement, simplement
l'idéale stupeur d'aller en reconnaissance
au fond, au tréfonds, sans qu'il fût
question d 'agonie, de perte ou de noirceur
inutile.
Je procédai aux derniers préparatifs sous
l’œil fixe de l'oiseau noir
qui vole et qui fixe, conscience exilée
toujours égale à ce que nous projetions d'être"

 

On avance doucement au long des mots de Fabrice Farre.

On est sur un seuil, on sait tout de suite qu'on sera attentif aux bruits et aux silences, aux objets, aux insectes, aux espaces. L'écriture nous y enjoint.

On écoutera"un éclat de voix cet après-midi dur à travers la haute fenêtre pauvre", le regard en éveil d'un geste, d'une ombre, de la présence, une femme sous les mots avec son désarroi dans la chambre, des  temps fondus dans le recueil, au puits des jours.

On deviendra nous aussi guetteur et chasseur , ou bien pourchasseur, -sauveur on voudrait bien-,  de toutes les ténèbres revenues -de quel puits ? On voudra les jeter dehors.

"Le chasseur immobile", un très beau texte ! 

 

"je n'entends plus grincer

la poulie sur le puits ni rouler

la corde au creux des jours gémellaires

de cette fin d'été.

Il ne reste donc que deux secondes :

l'une où nos mots nous gardaient

tout comme l'ombre sur l'eau,

l'autre dont le seau vide est remonté

avec l'expression de nos visages surpris en son fond."

 

"Regarde ces bougie, nous aussi

nous sommes de cire, dans les musées,

devant le jour qui montre

que vivre est un anniversaire,

mourir une flamme de ces bougies

que l'on vient d'allumer."

 

  "Il s'agit toujours d'éviter même mentalement le goufre : cette terre qui s'absente et se ferme dans le noir insomniaque qui nous est commun. Il nous révèle quelquefois comme de grands marcheurs et cette continuité inquiète nous rend passeurs aguerris de la perte mais toujours attentifs au bond qui mesure la profondeur du précipice et celle de notre insolence."

 

Fabrice Farre écrit dans de nombreuses revues et dans son propre espace, son blog : "Poésie contemporaine...peut-être" http://biendesmotsencore.blogspot.fr/

  "Le chasseur immobile" est édité par Le Citron Gare

contact : p.maltaverne@orange.fr

 Sophie Brassart accompagne avec talent le recueil de Fabrice Farre par ses très belles encres, esquisses de corps penchés, puis là, un visage flottant, ou un regard perdu, comme agrandi...  

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche