Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 01:47

Rien que l'expression est réjouissante, jouissive... Je suis toujours dans mes lectures et... l'avenir dure longtemps avec la lecture, inséparables des mots que nous sommes.

100 4021Figurez-vous que Freud estime que dans la période oubliée de l'enfance subsiste en nous la sensation de faire un avec le monde. On ne peut retrouver les souvenirs de la prime enfance, mais demeure la sensation de faire corps avec le monde. Ce serait là ce qu'il nommerait le sentiment océanique et il le lierait à quelque chose, non pas de religieux, mais de mystique.

Le sentiment océanique  nous ferait humains dans le mystère commun de  toutes les histoires des hommes, venu  du plus loin d'entres les voies stellaires de l'univers, pour se rassembler en nous, diffus au profond de nos veines.

Moi, "le sentiment océanique", il me parle et je ne sais pas trop quoi mettre derrière, sans doute une mouvance de la vie, des vagues, une écume, son varech, et ce mal, et cette idée de l'infini si abstraite, si insensée, que, pour un peu, je la tiendrais dans la paume de mes mains.

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 13/11/2010 14:05


oh moi aussi il me parle ce "sentiment océanique". Un mystère commun charrié depuis que les hommes se tiennent debout. Un je ne sais quoi que l'on porterait en soi, des mondes possibles qui se
retrouveraient au creux de nos mains.


brigitte giraud 13/11/2010 16:52



yes Corinne, le sentiment d'Etretat, où ça bat fort le sang.


Baisers à toi.



Clay-dreams 06/11/2010 11:58


Ce sentiment, n'est-ce pas simplement se sentir en vie, en trouver le sel en toute chose. On le ressent par tous les sens, on l'interprète avec la tête mais sans réflexion comme on respire,... on
prend, c'est tout.
J'estime le ressentir seulement quand tout va bien, peut-être faudrait-il prendre le temps de le rechercher, de l'apprivoiser pour aller mieux.
Ta dernière phrase est magnifique, ça donne un sens puissant au fait de tendre la main.


brigitte giraud 06/11/2010 14:28



Merci beaucoup.


J'espère que tu es en phase ascendante et marine, que tu vas bien.


Amitiés



stéphane 04/11/2010 12:20


Le sentiment océanique apporte une joie profonde, une paix lumineuse. Ce sentiment est chez moi fugace mais fréquent. Il infuse en moi devant un sourire, une chanson, un paysage, une larme...Il
nous fait entrevoir l'infini, l'éternité qui n'est pas un temps indéfiniment long, mais tout autre, ailleurs. Ce sentiment océanique , c'est un bain d'amour.
Ecrire, d'une certaine façon, n'est-ce pas chercher aussi à naviguer sur cet océan, à transmettre ce sentiment océanique?


brigitte giraud 04/11/2010 12:25



C'est peut-être quelque chose de cet ordre, approcher d'un mystère, celui du monde et de la langue qui le dit.


Amitiés.



Solange 03/11/2010 19:57


sentiment qui m'anime souvent et quand celui-ci se fait trop fort et me prend la main je me laisse guider vers les plages de l'Atlantique pour déverser le trop-plein. Je crois qu'il n'est pas donné
à tous les hommes de se ressentir océaniques, est-ce un bien ? est-ce un mal ? en tout cas, je pense que ce sentiment ne rend pas la vie facile, il est trop mystérieux, trop fort


brigitte giraud 03/11/2010 22:58



Sans doute, mais il est là, non ?



Dominque Hasselmann 03/11/2010 19:14


Qui sait, Freud avait peut-être lu "Les Chants de Maldoror" ?


brigitte giraud 03/11/2010 23:00



J'ai du mal avec ce livre, un peu à petites doses pour moi, ce sera.


Bonne soirée dominique !



giulio 02/11/2010 18:02


Le sentiment océanique que je ressens n'a rien à voir avec la mer qui lèche nos plages, mais plutôt avec le mystère des origines. C'est le sentiment d'appartenance 1. à l'océan "amniotique" où est
née la vie et 2. à la terre mère qui nous a porté, les deux aboutissant à une appartenance à l'humanité comme à un tout, à un océan, à l'exclusion de toute autre sentiment d'appartenance artificiel
du genre race, espèce, ethnie, langue, culture, apparence physique, idéologie, religion, nation, pays, région, clocher, clan, classe ou catégorie sociale, etc., sources de presque tous les
conflits.


brigitte giraud 03/11/2010 04:29



Je te reçois de toutes mes oreilles, Giulio.Belle nuit à toi.



pour moi, la promenade 02/11/2010 15:25


je n'éprouve pas ce sentiment océanique, j'ai dû oublier ...
mais face à l'océan une foule de sentiments vient à moi, à chaque fois différente, à chaque fois me rendant plus riche ...
amitié .


brigitte giraud 03/11/2010 04:31



La mer, oui, et plus largement encore, non ?


amitiés



zineb 02/11/2010 13:37


il me parle aussi, ce sentiment. et donc, grandir serait se faire le terrain de la rupture d'avec le monde alors, se faire le lieu de cette faille destinée à toujours s'élargir ?


brigitte giraud 03/11/2010 04:37



Ce serait plutôt le rejoindre plus intensément, le monde. S'y joindre, s'y adjoindre même.



DEB 02/11/2010 11:34


Eh bien, ça me convient parfaitement ce "sentiment océanique", je le soupçonnais depuis longtemps, j'y suis en plein désormais. Merci Brigitte, je n'avais pas fait le lien... T'as pas envie de voir
la mer ?


brigitte giraud 02/11/2010 12:33



Une embellie.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche