Jeudi 26 avril 2012 4 26 /04 /Avr /2012 15:54

tunnel.jpg

Il est sculpteur, alors il sait de quoi il cause. Je ne sais pas pourquoi je me suis dit ça quand il m'a parlé de tunnel. A cause du geste de creusement du sculpteur, et ce que m'évoque aussi le tunnel  : un creusement dans une matière.

Pourquoi a-t-il été question de tunnel un jour d'élection ? Parce que le monde va dans le mur  (si toutefois on considère le paradoxe qu'un tunnel est aussi un mur) ?

Cependant, la conversation suivait ce chemin paradoxal du creusement et du mur.

"- Tu vois, il m'a dit, le truc, c'est le milieu du tunnel. Avant, tu peux toujours faire marche arrière et revenir sur tes pas. Si tu passes le milieu du tunnel, alors là, c'est fini, le tunnel t'embarque...

- Ah bon, d'accord, ... mais comment est-ce qu'on sait la longueur du tunnel ? Comment sait-on est le milieu...du tunnel ?

- Tu le sais forcément, il m'a dit, tu le sens.

- A quel moment tu le sais ?

- Tu le sens quand t'as passé le milieu.

- Donc, quand on a passé le milieu, on peut en voir le bout...

- Ben justement ! c'est ça qui est troublant avec le tunnel. C'est que le bout, après le milieu, tu ne le vois plus.

- Donc, on voit le bout quand il est invisible, c'est ça ?

- Oui, c'est ça. En se retournant."

 

 

Par brigitte giraud - Publié dans : Mémoire vive - Communauté : Résonance
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés