Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 01:31

Ta'achchaqa (tomber, se laisser prendre par l'amour)

marie-paris-les-figures-de-l-amour-010.JPG

 

 

La beauté est subjective. "Le bel amour, écrit Stendhal, est sous la tente noirâtre de l'Arabe Bédouin, c'est là qu'il faut chercher le modèle et la patrie du véritable amour". Le bel amour est donc mouvements...du coeur et de l'âme, ainsi que du corps.

 

Calligraphie ciselée et offerte à l'imaginaire amoureux, parchemin ajouré où des souplesses dessinent des arabesques, courbes et gestes, tensions abandonnées à une beauté instinctive, émotionnelle et sensible.

Une sensualité que la main pose sur la page à la hauteur d' une  esthétique de chair et de sang, voilà tout le sujet du livre de l'anthropologue et philosophe Malek Chebel "Les cent noms de l'amour".

Ainsi, Malek Chebel relie dans son livre la langue textuelle et corporelle, pour une calligraphie expressive et mystérieuse où les vibrations de l'âme s'unissent à la beauté languide des signes.

J'en ai choisi quelques-uns,  quelques mots... pas tout à fait au hasard parmi la centaine de ce registre amoureux... Alors c'est difficile pour "la pupille de mes yeux - "Oh ! La pupille de mes yeux" - une expression littérale qui désigne l'amour L'oeil de l'amour, le coeur.

marie paris les figures de l'amour 014

marie paris les figures de l'amour 013 

Al-'ichq (le désir)                                                             Al-hiyâm (amour éperdu)

 

marie-paris-les-figures-de-l-amour-016.JPGAl-wahl (amour sublime, terrifiant, transfigurant)

 

A ces dessins de l'amour parlant,  ces "cent noms de l'amour"  de l'imaginaire désirant, je relie volontiers "Fragments d'un discours amoureux", dont les figures décrites par Barthes sont autant de mouvements, de mystères et de tourments.

 

La beauté, c'est quoi ? Elle gît dans les détails du coeur, aux épines de ces signes, visages d'encre...  une flamme grimpante qui entoure un bout de bois ou une branche et qui les consume dans un crépitement sonore de fibres et de feuilles sèches.

 

 

 

commentaires

C comme Corinne 14/07/2011 00:02


Al-'ichq

Celui-là me trace à la peau, va savoir pourquoi...
La beauté c'est quoi ?
C'est toi, c'est moi, c'est...
Peut-être ce qui ne se voit pas, ce que l'on sent au creux de soi. Ce désir de vie, ce désir d'amour qui rend si fort et si faible.


brigitte giraud 14/07/2011 00:56



Oui, "désir". Un mot magnifique ! sidérant, je l'ai toujours dit ! Tu as raison, la vie, là, et le foutu désir qu'on a de bouffer le monde et le monde qui ne se résoud pas à l'être, ou quoi ?


Fort ou faible, finalement, on s'en fout. Désir d'amour, fou, amour fou, désir fou...   Désir !



tempesdutemps.over-blog.com 11/07/2011 12:36


L' AMOUR, quel pluriel singulier ! Toutes sortes d'amours, n'est-ce pas, qui passent au féminin quand elles sont plurielles.Et ce raffinement insensé des nuances (de sentiments/sensations) et des
traits. De L'Amour érigé en art.
Amitié forte à toi.


brigitte giraud 11/07/2011 21:40



L'Art de l'Amour, toutes les flèches possibles à coeur portant !


Il y en a quelques-une qui nous vont bien, vraiment bien, (marque-page en coin)


Merci à toi, ma Claire.



Mokhtar EL Amraoui 10/07/2011 14:04


Voici le lien où vous trouverez la traduction française du poème "Attends-la" du poète palestinien Mahmoud Derouich,qu'il dit accompagné par le trio Jibrane.Bonne lecture.

http://www.paperblog.fr/2348480/l-art-d-aimer-poeme-de-mahmoud-darwich/


brigitte giraud 10/07/2011 14:21



Merci mokhtar, je l'avais déjà mis sur mon blog, mais voilà envore la traduction, pas de echerche à faire, c'est là.


Le talentueux poète palestinien Mahmoud Darwich


Avec la coupe sertie d’azur,
Attends-la
Auprès du bassin, des fleurs du chèvrefeuille et du soir,
Attends-la
Avec la patience du cheval sellé pour les sentiers de montagne,
Attends-la
Avec le bon goût du prince raffiné et beau,
Attends-la
Avec sept coussins remplis de nuées légères,
Attends-la
Avec le feu de l’encens féminin omniprésent,
Attends-la
Avec le parfum masculin du santal drapant le dos des chevaux,
Attends-la
Et ne t’impatiente pas. Si elle arrivait après son heure,
Attends-la
Et si elle arrivait, avant,
Attends-la
Et n’effraye pas l’oiseau posé sur ses nattes,
Et attends-la
Qu’elle prenne place, apaisée, comme le jardin à sa pleine floraison,
Et attends-la
Qu’elle respire cet air étranger à son cœur,
Et attends-la
Qu’elle soulève sa robe qu’apparaissent ses jambes, nuage après nuage,
Et attends-la
Et mène-la à une fenêtre qu’elle voit une lune noyée dans le lait,
Et attends-la
Et offre-lui l’eau avant le vin et
Ne regarde pas la paire de perdrix sommeillant sur sa poitrine,
Et attends-la
Et comme si tu la délestais du fardeau de la rosée,
Effleure doucement sa main lorsque
Tu poseras la coupe sur le marbre,
Et attends-la
Et converse avec elle, comme la flûte avec la corde craintive du violon,
Comme si vous étiez les deux témoins de ce que vous réserve un lendemain,
Et attends-la
Et polis sa nuit, bague après bague,
Et attends-la
Jusqu’à ce que la nuit te dise :
Il ne reste plus que vous deux au monde.
Alors porte-la avec douceur vers ta mort désirée
Et attends-la!...


La terre nous est étroite et autres poèmes – 1999 (Poésie d’orient)



Mokhtar EL Amraoui 10/07/2011 13:55


Sa majesté l'amour mérite bien une telle reconnaissance calligraphique, lui qui nous écrit si bien.


brigitte giraud 10/07/2011 14:26



Je dois ce livre à mon amie Claire, elle a bien choisi, à la fois l'objet/livre, car il est beau, et le sujet, car il est ... multiple.



Christine 10/07/2011 08:36


sans tourment rien qui vaille la peine d'être vécu
la calligraphie agitée, faussement imprécise du "désir" le montre si bien

"La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur"
quelques vers que m'a calligraphié Hassan Massoudy lors de sa performance à Bruges il y a peu (dommage que je ne puisse la joindre)
Je t'envoie Brigitte un petit souffle paisible venu du large de ma plage


brigitte giraud 10/07/2011 14:22



Oh quelle chance tu as ! de TA plage, en plus ! Ouf, je vois que tu as emporté ton ordi... C'est bien, repose-toi doux, Christine.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche