Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 01:14

 

 

Ce pourrait être à la Chartreuse à Bordeaux.

Parce que les parcours finissent dans ces lieux, dans un abri de béton, où résonnent encore des voix chères.

L'amour, le corps, la mort,

liés infiniment avec ce que cela suppose d'incommunicable parfois.

A sa manière, Marguerite Duras n'aura jamais écrit que sur l'amour,

"le corps mort de l'amour", l'irréconciliable, la séparation,

le désir, la passion,

son immensité et sa douleur.

"Une souffrance indolore", disait-elle.

Des mots pas forcément bavards, mais qui vont vers l'essentiel,

et la nuit.

 

Allez savoir pourquoi ce soir, 09/ 09/ 10, je pense à elle !

commentaires

Dominique Hasselmann 10/09/2010 22:01


Plus maintenant. Mais je suis partisan de la liberté individuelle.


brigitte giraud 11/09/2010 02:58



Tu as raison. Fumer en plein vent donne froid, parfois !



Dominique Hasselmann 10/09/2010 09:17


Ces femmes qui fumaient (Simone de Beauvoir, Françoise Sagan...), inconscientes, forcément sublimes...


brigitte giraud 10/09/2010 18:59



Qui fumaient, qui buvaient and so on ! Qui créaient.


Toi, tu ne fumes pas ? 


 



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche