Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 10:43

Un jour, le long d'un couloir, elle a croisé cette femme

oiseau ou papillon noir, et

un fatras dans la tête, une fatigue aux yeux,

une harmonie plaisante du corps pourtant, tout de guingois,

sinon qu'il était très visible

cet héroïsme à vivre à sa manière,

manière, manière

"des manières", disait l'autre !

de tenir un bout de sa terre

ou de lino.

 

Comment faire sortir la colère tournée à l'intérieur,

un lait rougi à la peine au milieu d'une cible ?

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 22/10/2013 08:20

le boire. Tu bois ta peine jusqu'à la dernière goutte comme du petit lait.
Le bol vide est prêt alors à recevoir, tout comme toi.
je t'aime doucette

brigitte giraud 26/10/2013 12:54



Oh ça énerve quand reviennent certains mots de ceux qui ne doutent jamais de rien, et qui, sur tout, même s'ils n'en savent rien, ont toujours un avis.



marie-claude 18/10/2013 17:38

je n'en connais pas la manière ...

brigitte giraud 18/10/2013 19:56



Transformer tout ça, passer à autre chose.


Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche