Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 21:00

 Je pouvais m'attendre à ce que le ciel tombe. Rien n'est arrivé ! Je veux dire rien de pesant. Pas de pluie non plus. Un matin bruge. J'y allais.

Puis... J'ai entendu plusieurs fois mon prénom, j'ai aimé ça dans les bouches enfantines. J'ai grimpé et descendu des escaliers, tenu des petites mains, et, au débouché d'un mot, écouté un étonnement ravi. Revu Christine. J'ai aimé ça aussi.

chapeau de pluie 31 mai 2013

Le papier n'y avait aucune dureté. On s'accoude parfois facilement sous les mots, à y reconnaître des beautés, les sens éveillés,  y nicher. La sensibilité est un bloc de béton effritable. 

Les yeux, sous l'oripeau des chagrins et au jardin des délices, s'ouvrent doucement.

Entre deux exercices de paix scabreuse, j'essaie de simplifier les équations. Je m'efforce au délire.

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 15/06/2013 18:35

On se dit, un long chemin, difficile...et l'on sait très vite que non. Et c'est beau.

brigitte giraud 15/06/2013 20:01



oui, tout est bien, finit bien, se cale bien, et construit quelque chose de bien. Et avec Christine, c'était vachement chouette.



marie-claude 04/06/2013 19:17

Et ton regard nous emmène là où tu vas ... déchirant le voile ...
Amitié .

brigitte giraud 11/06/2013 13:46



Rencontrer des enfants, bien à l'affût et en vie. Ca donne envie !



Dominique Boudou 03/06/2013 22:47

Un matin bruge, pris dans la brume et les cloches mortes.

brigitte giraud 11/06/2013 13:45



Bruges la morte de Cendras... Forcément on y pense, et la voiture m'entraîne vers un lieu tout vivant, avec des enfants.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche