Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 04:16

 

gg

 Parfois on croit voir la mer et ce n'est pas vrai.

J'étais trop enlisée dans mon sable émouvant,

aveugle de mes oreilles,

sourde de tous mes yeux.

 

Non, pas vu grand chose de la marée montante, des plis du ciel, de la pâtine de la place où une enfant nous a regardés avec insistance.

Dis, que pense une enfant,

dans sa gravité immobile,

en cette fin d'été qui s'époumonne ?    

Parfois, on croit voir la mer et ce n'est pas vrai...

Seulement une image qui bouge,

une inquiétude filée de vent,

et cet oeil amarré aux contours d'un visage.

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

@giulio 04/09/2010 13:42


Merci Brigitte! Je la thésaurise.


brigitte giraud 04/09/2010 18:52



Juste un ptit coin de souvenir vague me suffira...



C comme Corinne 04/09/2010 01:31


très beau texte ! la marée montante si forte qui emporte tout, qui délave et les grains de sable rugueux alors à nos mains nous détache du temps présent sur fond d'un ciel en lambeaux.


brigitte giraud 04/09/2010 04:20



bEAU TON COMMENTAIRE ITOU. Ecris, écris. Tout est là pour cela... Tu le sais ?


Baisers doux, bella belle.



stéphane 03/09/2010 13:04


Beau texte que le tien, Brigitte.

"la mer est ton miroir, tu contemples ton âme", nous dit aussi le grand Charles.

Je crois aussi que parfois on voit vraiment la mer, et çà vaut le voyage.


brigitte giraud 03/09/2010 20:00



Oui, la mer vaut toujours le coup d'être regardée et on s'étonne soi-même de son regard devant l'immuable éternité !



Dominique Boudou 03/09/2010 12:54


Beau texte en effet, par sa simplicité même. Quand on voit la mer, c'est souvent autre chose qu'on voit.


brigitte giraud 03/09/2010 20:02



Elle nous transmet un "état liquide", comme une sorte de porosité, je crois.



Dominique Hasselmann 03/09/2010 12:01


La mer toujours commentée...

Son ressac (la première musique répétitive) berce, endort et l'on nage dans les rêves humides, fouettés par le vent, qui deviennent des lithos à la Victor Hugo.


brigitte giraud 03/09/2010 20:03



La mer toujours recommencée, oui.



@giulio 03/09/2010 09:39


C'est un authentique poème de haut vol, chère Brigitte que ce Sablémouvant!


brigitte giraud 03/09/2010 20:05



Je suis très flattée, giulio. Je te le donne alors !



Olivier de Vaux 03/09/2010 07:03


Superbe texte ! J'admire, je lis, je relis, captif !


brigitte giraud 03/09/2010 08:51



Merci mille fois. Cependant, c'est vrai, hier il y avait la mer, et je ne l'ai pas vraiment vue. C'est cela sans doute qu'on appelle "être ailleurs".


Belle journée à toi.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche