Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 03:15

 

"Dis-leur qu'un beau jardin n'a pas besoin de lune

Qu'un désordre savant n'arrange pas ton dû

Parle-leur de la route ancienne et des fortunes

Qui coulent dans ta moelle au petit jour têtu"

 

Tout tient dans le derniers vers. Non, passe la gomme ! On enlève  Qui coulent dans ta moêlle, et on garde seulement le reste . Oui, c'est ça, toute la force du poème se tient là : "au petit jour têtu".  

Ca n'a l'air de rien, "au petit jour têtu", de rien du tout. Mais tout repose à l'intérieur de ces mots-là. Pas n'importe quand, pas n'importe comment, le jour.  On ne pourra jamais le confonde avec un autre : il est indéfini et défini tout en même temps, vous comprenez, c'est de cette singularité et de là, d'ici, "au petit jour têtu", que l'imaginaire peut être convoqué... Dans ce petit jour têtu, c'est Léo Ferré qui écrit, sans musique sur ce texte, ou bien je n'en connais pas.       

Alors le silence. Ou bien alors un "truc" en décalé, complètement décalé et plus du tout repérable, sauf par quelques vieux grigous qui se souviennent  ( en âge de se rappeler, en somme !)  Parce que tout à l'heure, je me suis achetée un foulard. J'adore ça, j'en ai des tonnes pour mon cou. Je ne sais pas résister au charme des voiles. J'ai toujours pris cet accessoire très au sérieux : c'est une légèreté avec soi ; une légèreté pour apprivoiser la légèreté, peut-être, quand chacun de nous est tant rivé à ses lourdeurs. Crochetés à la terre qu'on est tous, tac !

 

 

commentaires

Christine 24/07/2011 06:59


petit voile autour de ton cou
retient la chaleur devant la bouche
palpite au rythme du souffle comme les voilages devant la fenêtre que je viens d'ouvrir sur une journée grise et triste
foutu été, foutu petit jour


brigitte giraud 24/07/2011 14:16



Tu te seras levée bien tôt aujourd'hui. J'avais programmé pour que tu trouves au matin cette musique en buvant ton café. Belle journée à toi, même grisaille.


Amitiés



Horatio 23/07/2011 19:52


De Frantz à Maurice, j'aime les Fanon... Et les petits jours têtus au goût de café amer tout comme les soirs qui se pointent avec leur soie de mélancolie, avec ou sans écharpe, m'enrouent la
voix...


brigitte giraud 23/07/2011 21:13



Le fond de l'air est doux. Que les chats te sortent de la gorge et ronronnent.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche