Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 06:05

photos ipod 032 Comment faire sans elle, la philosophie ?

Sans le questionnement qu'elle est ? L'incarnation de la pensée qu'elle est ?   Les vacillements de l'homme dans ses liens avec le monde qu'elle est, mais non en l'éclairant mais en lui rendant son opacité ?

Faire avec ça.

A chacun de picorer pour avancer dans ses réflexions et la connaissance/non-connaissance qu'il percevra de lui-même.

Dans un mouvement désordonné et toujours étonné, étonnant.

J'aime bien ce passage de Sartre. Il me fait du bien. Il souligne la conditon désirante de chacun, et la limite que chacun pose au désir. A la fusion de son désir.  

Alors où est la limite ? Est-ce que chacun de nous possède la sienne ? Où se trouve-t-elle ? Entre quelles bornes ? Dans quels intervalles ? C'est toujours, tout à la fois, ce qui me comble et me terrifie. On ne sait pas. D'abord on ne sait. Ni pour soi-même, ni pour l'autre. C'est après que l'on peut se dire quelque chose... 

 

"Ce qui est obstacle pour moi ne le sera pas pour un autre. Il n'y a pas d'obstacle absolu, mais l'obstacle révèle son coéfficient d'adversité à travers des techniques librement inventées, librement acquises. Ce rocher ne se révèlera pas un obstacle si je veux, coute que coûte, parvenir au haut de la montagne ; il me découragera, au contraire, si j'ai librement fixé des limites à mon désir de faire l'ascension projetée.

Ainsi le monde, par des coefficients d'adversité, me révèle la façon dont je tiens aux fins et aux désirs que je m'assigne ; en sorte que je ne puis savoir s'il me donne des renseignements sur lui ou sur moi. A désir égal d'escalade, le rocher sera plus aisé à gravir pour un tel ascensionniste athlétique, difficile pour tel autre, novice, mal entraîné et au corps malingre. Mais le corps ne se révèle à son tour comme bien ou mal entraîné que par rapport à un choix libre. 

C'est parce que je suis là et que j'ai fait de moi ce que je suis que le rocher développe par rapport à moi un coefficient d'adversité.

Ainsi commençons-nous par entrevoir le paradoxe de la liberté : il n'y a de liberté qu'en situation et il n'y a de situation que par la liberté.

La liberté-humaine rencontre partout des résistances et des obstacles qu'elle n'a pas créés ; mais ces résistances et ces obstacles n'ont de sens que dans et par le libre choix que la réalité-humaine est."                            

"L'être et le néant"

commentaires

giulioTout ça 13/12/2011 19:45

très beau texte, très juste et bien présenté par notre BG !

brigitte giraud 13/12/2011 20:55



Giulio, là tu exagères !!!! Tu es badin quand même ! je t'adore !


Belle soirée à toi



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche