Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 00:45

Légèreté de l'Evocation de Isaac Albeniz,

et autant d'improvisations de génie, "mes petites saletés",disait-il.

Merci à Christine de m'offrir cette découverte. Je ne connais pas grand chose en musique classique. J'écoute. Je sens. J'essaie d'entrer quelque part. Parfois, je reste sur le seuil. Porte close de la maison.

Ici, écrit Etienne Moreau, "Tout tient dans la difficulté pianistique, avec des écarts inhumains, des traits inlassables, des dynamiques outrées. Sans compter la lecture, avec des forêts de bémols et des dièses qui vous arrachent les yeux."

 

100 4558

 

                                  Puis.

                                  plaise au vent qui déborde les toits

                                  c'est un autre phare, un autre passage

                                  date de lune pleine

                                  sur l'écran du calendrier.

 

 

 

 

 


 

 


 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 03/09/2013 06:56

Le pas de la porte ne vaut pas, pour moi, qu'en musique classique...
Mais souvent le piano me permet d'entrer et de trouver refuge.
baisers
Et merci donc à Christine, je ne connaissais pas.

brigitte giraud 03/09/2013 12:43



Troubver un refuge, oui, et laisser entrer.


Baisers à toi.



Christine 23/08/2013 19:31

Je savais qu'il te parlerait :)

brigitte giraud 25/08/2013 00:29



Ce morceau-là est une merveille !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche