Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 03:17

Perec n'a qu'à bien se tenir, un fou, un dingue..., un type génial quoi ! images-copie-3.jpg

Je me souviens (ça commence bien !) de "L'homme qui dort", englouti dans une bulle de mélancolie extrême, de sa bassine en plastique rose dans laquelle flotte une paire de chaussettes orange (orange c'est pas sûr !), et de la fissure dans le plafond au-dessus de son lit, au-dessus de sa tête, une géographie de peu que son oeil arpente infiniment.

Je me souviens aussi d'un colloque en 2004, novembre 2004, "Douleurs d'enfance", pour lequel Philippe Brenot m'avait demandé de présenter un  auteur de mon choix.

J'avais choisi Perec et "W ou le souvenir d'enfance". Le souvenir... comme s'il n'y en avait qu'un seul qui hantait son oeuvre et dont il parlait si peu. "W" occupait plus de place que le voile de fumée qui avait dispersé dans l'air les corps de ses parents, son père tombé en 1940, et sa mère morte en déportation.

Son oeuvre a fait le reste, s'emparant de l'OuLiPo à la manière d'un magicien qui ferait danser le corps des lettres et des mots pour en extraire son  trouble même et une désespérance de forçat de la langue.

Je me souviens que je terminais en évoquant "La disparition", et je ne pouvais, en regard de la trajectoire affective et romanesque de Perec, m'empêcher de penser que ce livre écrit sans "e", était aussi un livre écrit sans "eux",

Poasia et megia !

 

«Peut-être le bonheur n’est-il que dans les gares ?»

[ Georges Perec ] - Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?

commentaires

Christine 09/11/2011 07:09


il y a un peu de Perec en chacun de nous
souvenirs d'enfance, en avoir, choisir de les oublier...
peut-on réécrire son histoire? Le doit-on?
n'a-t-on pas toujours plusieurs histoires imbriquées à travailler en sous-oeuvre, à lire et relire inlassablement comme certains textes
in mémoriam, à la recherche d'eux, de nous
http://youtu.be/82-xbhfNR2g


brigitte giraud 09/11/2011 13:59



Une fascination pour les dates, le nombre des jours (18 924 aujourd'hui), des lieux, certains lieux... C'est dire !


A toute, et toc !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche