Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 20:56

ANGELINA BELOFF 

 

                                                                                                          C'est un joli nom Quiela ! Il désignait Angelina Beloff, une jolie peintre, russe comme Diego Rivera était mexicain. 

Ils vécurent ensemble sept années à Paris. Certains disent dix ans. Sept ou dix, quelle importance après tout, ils s'aimèrent passionnément, accompagnés par leur création. Diego Rivera repartit au Mexique et sa Quiela devait le rejoindre quand elle pourrait se payer le voyage vers ce pays de lumière.

Elle parvient à venir au Mexique en 1932, treize années de misère après Diego.

Les lettres qu'elle lui écrivit restèrent toujours sans réponse.

Angelina Beloff ne chercha pas Diego Rivera. Elle ne voulait pas le déranger dans sa vie neuve (avec Frida Kalho peut-être.)

Mais l'effroi me prend tout d'un coup quand je lis cette phrase:

"Lorsqu'ils se rencontrèrent à un concert donné à Bellas Artes, Diego passa à côté d'elle, sans même la reconnaître".


Elena Poniatowska, écrivain mexicain, écrit là un livre de lettres imaginaires envoyées par Quiela à Diego. Un bijou. Depuis sa parution en 1978, il est l'un des livres les plus lus au Mexique. A découvrir comme il fut écrit : passionnément !


commentaires

marie guegan 14/11/2010 23:51


Comme la forme épistolaire va bien à cette histoire, une petite soixantaine de pages que j'ai relu avec grand plaisir grâce à vous( m'autorisez-vous à vous tutoyer).Le silence de Rivera est
énigmatique,ou alors l'artiste à dévoré sa muse artiste- lui faisant un enfant tout de même-
Et cela m'a conduit à Nancy Huston dans son livre :Ames et corps , il y a un chapitre qu'elle consacre à une réflexion sur les couples créateurs.Elle dit ceci je cite:"si une femme artiste tombe
amoureuse d'un homme artiste il vaut mieux, et de loin, et pour des raisons évidentes, qu'elle ait déjà la certitude inébranlable de sa prope voie créatrice, qu'elle ait autant sinon plus à
apprendre à l'homme que de lui" et elle donne quelques exemples de ces couples.Je pense aussi au très beau texte de Virginia Woolf: "une chambre à soi " sur la création, écrit je crois en
1932.Qu'en pensez-vous?


brigitte giraud 15/11/2010 14:22



Je crois que la vie partagée de deux "créateurs" est possible, évidemment, à condition que l'un ne dévore pas l'autre et qu'il y ait ce partage de la langue, pas une notion de "pouvoir" ou de
compétition. Là, c'est terrible pour l'un et l'autre sans doute.



Solange 14/11/2010 15:58


très triste ce paquet de lettres sans réponse.
A côté de la tristesse du coeur, il y est mentionné également toute la misère de sa vie, avec son enfant qui me semble-t-il est décédé par la suite ...
j'ai toujours pensé que ce surnom de Quiela, avait un rapport avec le verbe espagnol querer ... quiera : aime


brigitte giraud 14/11/2010 16:47



Ah oui ! il doit y avoir une correspondance, (au moins, ) entre le diminutif et le verbe espagnol, sûrement oui. Merci de cette pertinence. J"'avais lu moi que c'était un surnom gentil et tendre
donné souvent , donc...


Belle journée à toi



Nana Massart 14/11/2010 11:14


Allons aux belles découvertes pour moi, merci pour ce trésor. J'irai à la rencontre d'Angelina Beloff,peintre Russe et Diego Rivera Mexicain, livre d'Elena Poniatowska.
La voilà "Freda Kalho" toute brisée, cassée dans un sacré tempérament.Ce désir si grand de voyager, d'étudier de liberté. Ses peintures reflètent son image, ses tortures physiques et sentimentales
avec une pointe d'humour noir. Leçon de courage. Bellisima..


brigitte giraud 14/11/2010 13:51



Oui, et tu le dit bien. Il y a des gens d'exception, ou bien ils font seuelement avec ce qui est et le mieux possible...


Belle journée pluie, Nana !



christiane C 14/11/2010 02:32


J'ai lu il y a un petit moment la vie de Frieda Kalho qu'elle artiste malgré son grand handicap.


brigitte giraud 14/11/2010 08:10



Une grande artiste pétrie de souffrances, un corps en miettes disait-elle, et une femme d'une grande beauté.



Dominique Boudou 13/11/2010 21:52


Ah ! Je vais le lire.


brigitte giraud 14/11/2010 08:08



Livre d'occasion sous feuillet trasparent, ça sent le bouquiniste disparu et c'est beau !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche