Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 22:04

 

6-septembre-2015.bmp.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

A un cheveu tiraille la voix cassée,

une blessure grande comme une main,

une langue de gestes, ça tient à peu !

la bouche dans des signes articulés,

frôlés là, juste là, une caresse on dirait.

On chasse la nuit d'un revers, 

matin roussi de fantasmagories,

foutu de café soluble dans jus de tête.

Le rêve est intact dans l'oubli.

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

Dominique Hasselmann 11/09/2013 11:32

torréfier la pensée...

brigitte giraud 11/09/2013 12:22



J'aime bien ton commentaire, Dominique !


Amitiés



Christine 09/09/2013 18:35

ça se conjugue les voix, ça se voit même de loin
à rapprocher les deux bouts de la nuit, on en fait des nœuds de non-oubli

brigitte giraud 11/09/2013 12:24



Rapprocher les bords et faire une p'tite couture à la nuit.



marie-claude 09/09/2013 07:14

certains matins nous laissent pantois ...
amitié .

brigitte giraud 11/09/2013 12:23



Pantois pantins pantelants.... Belle journée à toi.


Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche