Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 23:19

BHJ.jpgChoix d'un titre. D'un livre. Un livre c'est d'abord un titre. On prend, on  ouvre, on n'ouvre pas. Finalement pas. On repose. On y retourne quand même. A cause de l'auteur. A cause d'un nom. Ou à cause de rien, du sale temps dehors, du brouillard, du vent, de la légèreté du moment, du copain croisé tout à l'heure, de la robe qu'on porte, d'une peine, d'un trouble... Pas si simple. Que ça embarque d'un coup. Que ça parle tout de suite.

Il peut être tellement simple, ce titre, si simple... à en tourner les pages. Et ce sera fait ! On sait vite quand quelque chose est là. On croit qu'on sait en tout cas.

On pourrait les épuiser les titres, les courts, les longs, les très longs (y'avait une mode du long), ceux qui nous éloigne, ne font pas envie. Puis ceux qui bouleversent, mais l'intérieur déçoit. Enfin, les magnifiques, posés sur une couverture très belle, et l'un ira avec l'autre, le dedans en sera rehaussé, (même si pas si formidable que ça pourtant), et les très beaux avec rien que du blanc autour, une sobriété identifiée de la première et besoin de rien d'autre.

Le titre impose son évidence. A un moment, ce sera forcément celui-là ! On cherche, on tourne autour, en cohérence avec le texte, avec le vent, avec la robe, et tout ce qu'il y a autour. Puis c'est là, les fils de la toile seront tous reliés : ce sera ça, ces mots et y'aura pas à y revenir.

commentaires

Christine 14/01/2012 08:06

je pensais à une discussion eu il y a peu avec un traducteur, quel boulot!
quelle humilité et quelle précision il faut avoir,
quelle harmonie avec l'auteur, un dialogue respectueux, passionnant
bon weekend à toi aussi
tout en fraîcheur revigorante

brigitte giraud 14/01/2012 22:55



je lis ce commentaire après avoir déposé le mien du tien... Le précédent.


Et "revigorant" apparaît. Faut se revigorer alors ! A n'importe quel titre !



C comme Corinne 13/01/2012 21:34

un petit bout de fil... On tire, la 1ère page se dévoile. La pelote se dévide.
l'as tu choisi ?

brigitte giraud 14/01/2012 22:48



Je crois bien, maintenant je crois bien !



Christine 13/01/2012 06:09

titre terreur des traducteurs
traduction imposée par un éditeur qui pense chiffre et pas mots
désolation de l'auteur quand il voit la couverture
un titre peut parfois malheureusement n'être que "marchand", alors toujours ouvrir le livre et jeter un œil

brigitte giraud 13/01/2012 16:32



La traduction, ça c'est ardu ! Faut être auteur soi-même. Un éditeur ne pense pas forcément chiffre, les bons sans doute.


Belle soirée week-end commençant



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche