Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 02:05

J'allais prendre le tram, je remontais la rue Sainte-Catherine, la plus longue que je connaisse, tout en travers de la ville.

Une musique soudain.

Guitares.

Virtuosité.

J'ai sorti mon caméscope.

L'un d'eux m'a regardée,

et il a souri.

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 05:10

Besoin d'une clope, ciment de la fatigue quand

un bec d'oiseau tire le bord des lèvresBordeaux, place de la Victoire, nouvel an, 1 janvier 2012 0

les mains vapotent dans la glace

une fumée sur un sourire cassis

chercher le fil dans le miroir de la salle de bain,

le lien qui touche,

foutu clavier,

Azerty  au paradis des traverses,

bouche = un mot,

à goûter dix mille fois longtemps 

à ne pas tenir

à s'écouter regarder modeler l'écrire

rouler à fond la carcasse de sa caisse

musique qui décape, dissonante, une voix  qui danse

un sirop qui coule, la gorge slowe,

les yeux devant

droit devant

la voiture perfore le paysage

et

roule des hanches.

 

On déballe après

pour s'endormir

face à face

la boîte des silences

 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 19:30

Un silence

de garde

l'oeil penche

 

 

Vitrification de la nuit,

sa peau plein les yeux

plein les mains vides/pleines

on ne sait plus

ça reste

les mots et... ça reste

premier plan : le vide attaché, ligoté, bouffé aux  commissures des lèvres

on voudrait

ça reste

en vrai vous

toi

Que ça reste !

On ne sait plus ce qui

crie/crie pas ou

tremble dedans

bruits secs des touches

la chaise lâche d'un cran 

 une chrysalide d'étoile respire

doucement

vertige 

ça reste !

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 23:22

 

On se voitBordeaux,3 janvier 2012 001

et ça temble dedans

dans la nuit

Fou, c'est fou, tu diras ça fou c'est fou !

des mots sur un clavier

un mouvement des lèvres et de la tête

musique ! des mots et de la tête

des mots

ajustés à rien

rien à quoi se tenir

un visage,

c'est tout.

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 22:05

Voilà, j'ai envie de tout lire de cet auteur !

Vidéo vite fait,  à l'arrache comme dit Hervé. et c'est bien parfois, à l'arrache. Dans l'urgence, une sorte d'urgence qui déploie sa tension.

Un fil tendu, oui, c'est ça !

 

Deux textes réunis pour un seul, tirés de

"Nos cheveux blanchiront avec nos yeux" 

Alma Editeur

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 12:06

bib-002.JPGDominique range avec soin la bibliothèque.

Y voir clair.

Que l'oeil respire pour vagabonder d'étagère en étagère, s'attarder sur un titre, une couleur : jaune Verdier, beige Gallimard...

Parce que les livres bougent toujours. S'en vont, s'en viennent. On en retrouve un "Tiens ! il était là celui-là !" 

Il classe par affinités électives du moment, par éditeurs un peu, par auteurs évidemment... C'est compliqué et ça dépend...

Il enlève aussi des livres, quelques verrues de bibelots poussiéreux, des trucs fourrés "dessous" ,  cacher la misère sous le tapis, on dit (feuilles, enveloppes, papiers kraft, livrets, photos, etc...) Et puis des chemises de manuscrits publiés (à jeter donc !),  des chemises d'éphémérides en des temps de chaos, chaotiques, tic !

Des temps qui  font écrire,  c'est fou ce que les hommes m'ont inspirée !

Respiration coupée, quoi ! Je prenais tout en moi. Pour tout garder. Tout consigner. Alors étouffer... forcément étouffer.

Fallait  bien une  encre pour m'écrouler enfin dans une phrase. 

 

 

 

26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 21:20

Gris, oui. Et froid. Qui passe partout.

Depuis deux jours, le vent s'est couché comme un chien docile sur un tapis.

Reste que les parois de verre élevées entre les êtres ne se lézardent pas toujours. Ca réconcilie quand ça fait comme des murs de briques. La malédiction de la solitude, constitutive de l'existence humaine, s'en trouve adoucie.

Encore faut-il prendre et donner... On n'a pas été habitué à ça ? Foutaise !

Souvent, on entend ça : "Pour aimer les autres, il faut s'aimer soi." Je trouve que c'est faux. Je préfère, moi, inverser la proposition : Pour s'aimer soi, il faut d'abord aimer, et être aimé."

Je ne sais pas trop pourquoi je dis ça.

Sans doute à cause des parcours des uns et des autres. Le constat mille fois fait que le chemin se défriche mieux dans l'amour, que l'on grandit mieux dans l'amour.

A cause du livre que je lis, et des chaos qui laissent toujours des traces auxquelles se rendre.

A cause des croisements qui font que la solidarité existe avec des passeurs de 602735 448115765244130 818824360 n-copie-1rives, et un spectacle a lieu, avec des rampes lumineuses sur le devant de la scène. Pour lever la tête vers le plateau, vers un écran, (disait Godard) et non pas la baisser.

A cause de nos lectures prévues bientôt avec Vincent Motard-Avargues, à la librairie de Gradignan. Des choses se font doucement !

A cause des rencontres qui font du chaud et qui étonnent.

A cause aussi de quelques commentaires que je découvre et que j'efface ici, (une première pour moi d'effacer) d'une personne  violente, agressive, et de droite très extrême. Allez comprendre !

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 21:53

D638D5277DB8BA2C893AD4E4F0.jpg

 

Florence Cassez est libérée !

Elle purgeait une peine de soixante ans au Mexique pour enlèvement et séquestration. 

La police avait reconnue la mise en scène de l'arrestation. 

C'est une victoire des Droits de L'homme.

 

Le monde est douloureux, le monde est beau,

et parfois c'est presque la même chose.

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 04:08

Je pensais à... à la force des mots,

les qui comptent,

les qui aident à vivre,  aident à ne pas mourir.

Les qui ne sont pas rien, pas une blague,

une mine de rien, un terrain vide.

Au comment ça se fait ?

Comment ça se passe ?

Comment on y croit à ce dur comme le fer, 

qui fait qu'on s'y  accroche/raccroche,

un parapet qui est un pronominal : se tenir/retenir.

 

Alors j'ai cherché des exemples et, bien sûr, j'en ai trouvés des tonnes. J'ai pensé à tas de gens, à tas de blesssures, à tant de drames.

 

Et alors, pour tout ça, pensé à Invictus - invincible.

Invictus, ce poème écrit par William Ernest Henley, suite à l’amputation de son pied, lorsqu'il avait une vingtaine d'années. Puis poète, critique littéraire et éditeur britannique  (23 août 1849 — 11 juillet 1903)

 Invictus,  l’une des sources de vie de Nelson Mandela, enfermé pendant 27 ans à la prison de Robben Island. Et fermez les yeux ! Pour chaque homme confronté au terrible, à ce qui ne devrait pas,   pas être une destinée.  

Les deux derniers vers du poème, notons-le, ne furent pas acceptés par la communauté religieuse. 

"Invictus" est aussi un film réalisé par Clint Eastwood, sorti en 2009.


J'ai déjà  mis ici cette vidéo, mais j'aime la voix de Nelson Mendela  :  sous la rocaille, le désarroi, la peur, la peur ... , il y a une telle grandeur, une douceur, et une telle force qui tient coûte que coûte par la force des mots.

 

 

Et puis pour le décalé que c'est : Camille ! C'est provoc un peu non ? Mais pas tant !                                                                                                                          La langue a  bien des contorsions de souffles et de cris, ça gueule, mais ça tient : tenir/retenir,

croche/accroche/raccroche,

décroche pas !

 

 

 


 

19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 20:31

Pas n'importe où.

Et c'est le soir. Rue Lecocq en hiver.

Des voitures dans la rue

des pas passants toc toc toc !  émouvants dans un phare d'ombre

persiennes à l'italienne

la tête sur un bras du fauteuil

transportable

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche