Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 19:26

Si on faisait silence...

 

726727032_small.jpg

 

"Dans le silence de la mer,

il y a comme un balancement maudit

qui nous remet le coeur à l'heure..."

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 20:21

Un nouveau lieu d'exposition à Bordeaux : l'Atelier d'Eco Solidaire, la Recyclerie.

Un espace immense, à Bacalan, la Garonne pas loin, les yeux tournent en tous sens et s'étonnent. Le détournement des objets récupérés, retrouvés, réinventés est la pierre angulaire de cette démarche vivante et sensible.

"Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?" Eh bien, oui. Je réponds oui à Lamartine.

Acteur du développement local, la Recyclerie collecte les "déchets réemplotables", valorise les matières, sensibilise aux gestes respectueux de l'environnement.

14 décembre 2012. La Recyclerie créative accueille des artistes pour la journée du samedi 15 décembre.

Bijoux, mobilier, accessoires, décoration... composent une palette éclectique, estampillée du seau de l'originalité et de l'inventivité.
Je participe avec mes créatures à cette événement à l'initiative de Nathalie et de Fabrice Kaïd.
Marché Eco Créateurs, 6 rue de la Motte Picquet, Bordeaux
05 56 10 46 19
www.atelierdecosolidaire.com

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 22:40

Parce qu'une date comme celle-ci ne se reproduira pas de sitôt...

Les dates ont une force terrible. Collante.

Sentimentales toujours, enveloppées dans hier,

elles jargonnent infiniment leur litanie,

enfoncées loin en nous, une épée qui déchire...

C'est un visage, des odeurs, un silence obsédant le présent et voilà que le futur s'en mêle.

On ne se défera pas de ce jour-là, on le sait, on se dit qu'on le sait,...

de celui-ci non plus ...et la fenêtre reste pourtant ouverte, on ne s'en défera pas...

On pense à se regarder dans le miroir, cette eau qui creuse en nous.

On sait bien que tout se percute en nous. Se répercute. Un écho.

On prend soin alors d'isoler un seul jour, un seul...

Comment on est avec un seul événement à porter, dans une date ?

Quand même, tout s'engorge

parfois.

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 20:54

"Les mots bleus", c'est un café librairie. Un repère repérable. 

Où se retrouver, c'est facile.

Au centre de la ville. Au beau milieu de ce que l'amitié signifie. Exactement là.

L'écriture en compagnie. Les mots ...bleus pour chasser les moches, tous les moches.

Papillon cadeau et un sac pour y mettre à l'abri notre chant.

Et puis cette étiquette,

pour un souvenir du jour,

ce que nous savons bien

à quoi nous adosser.

 

"Sois humble,

car tu es fait de boue.

Sois noble,

car tu es fait d'étoiles."

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 10:27

3597995774_9505ebee34.jpg

 

Mémoire vive

Oulipienne

Près d'un lac

J'imagine un lac

Avec du brouillard

Dans son épaisseur

... tes yeux

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 16:05

 

 

Come on ! Take my way ! Cambridges's arms !

Je suis emplie, c'est comme,

venue de loin,

une  étoile qui danse,

d'une palpitante origine.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:15

Un 2 décembre.

Le symbolique hissé à hauteur de sentiments, y'a pas besoin de grand monde... !

Alors dans ma série "Tourne avec moi", parce que j'adore cette chanson-là, entendue à la radio. Je ne sais pas qui chante ni ce que ces mots racontent.     C'est seulement terriblement mélancolique, et j'aime ça.

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 01:12

100 3687

 

 

ce qui éloigne de la mauvaise folie douce,

des rapports oublieux avec des êtres qui nous sont nocifs, pour autant qu'ils le sachent eux aussi également,

oublier le vocabulaire de la bêtise et de la vulgarité (ça va ensemble assez souvent)

aux souvenirs qui ne tirent pas sur l'estomac, pan ! sinon je sais bien que tout se resserre au-dedans de moi,

faire ce qui nous semble juste et intelligent,

aimer ceux qu'on a envie d'aimer, et en particulier...

écouter des musiques qui font du bien, juste ça, et les choisir selon l'humeur et la couleur de nos vêtements,

s'émouvoir de ce qui peut paraître très naïf,

la libre circulation de mes désirs, mes mots sur un bout de papier,

un geste à ton image sur un écran, 

un coeur dessiné avec les doigts en réunissant pouce avec pouce, index avec index,

la douceur qui n'est ni défense, ni méfiance,

une taie d'oreiller fraîchement lavée et passée sur un oreiller dans lequel niche l'odeur de ta peau,

ma jupe violette qui volète.

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 00:18

Une encre avec laquelle écrire. Vient d'où ? D'anciennes blessures, va savoir !

Un genou écorché quand tu étais petit et tu avais saigné.

Pleuré en silence aussi.

Du gravier avait tapissé la plaie qu'il avait fallu nettoyer, lisser, du mercurochrome par-dessus qui parlait tout seul de ce que tu venais d'endurer.

Un sang dans le mouchoir.

Le coeur tisse,

tisse ses pulsations et ses blessures. tisserand-van-gogh.jpg

Tissu, bandage,  pansement, une gaze douce comme un papier de soie. 

Papier où écrire. Sans tricher, toi tout entier dans le texte.

 

 

Un texte.

Du latin textor : le tisserand.

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 13:14

Paris-la-nuit--reduit-.JPG                 Photo | Isabelle Lagny

 

 

Tu es un cri,

unique

tu es ceux qui viendront

le trille d'un l'oiseau, sur la Seine. Quai du Canal Saint- Martin.

Un oiseau se débat. Pas peur.

L'as vu s'envoler sans battements d'ailes, une plume ou deux laissées à terre

qui soulève le vent. Insulaire.

Un pigeon venu de tout loin  ou une mouette dans la gorge.

Tes hanches ne lâchent pas,

lâchent rien de l'humeur des algues.

une souffle autant que ça scintille rue de la Roquette,

un piano-bar en nos accords

abordages dans ton sable, un bandeau blanc dans mes cheveux

un banc de terre neuf rien qu'à nous,

inondé,

une flaque de mer.

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Recueil de photos et textes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche