Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 19:31

On se lève du pied gauche depuis une semaine et ce n'est pas grave. On se couche dans la touffeur du jour et c'est pas mal. Entre ces deux moments, il se passe plein de trucs : les nouvelles du jour. Mais le journal n'y suffit pas. Il y a des coups de téléphones, des textos, des gens croisés, des déceptions, des rencontres, des étonnements, des enchantements. A chacun d'en organiser l'agencement. Moi, j'ai décidé de garder le meilleur pour la fin. Et de le malaxer longtemps dans la bouche comme une boule de gomme et un mystère.

 

 

Mince ! Je m'aperçois que je donne à voir les pages "Sports" de Sud-Ouest . Il est bien certain qu'elles n'ont ici aucune espèce d'importance. La PqB (Photo qui bouge) a ses règles péréquiennes et sa minute cyclopède, l'honneur sera sauf !
Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 22:28

Tu dis que tu as rêvé d'une musique que tu n'entendras jamais.

Que ce soir, en fermant les yeux, c'est tout ton corps qui joue l'Adagio de Tomaso Albinoni.

 

Et  c'est sacrément beau !

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 20:16

Kérouac "Sur la route". Mc Carthy "La route". Pas la même époque, pas la même histoire, pas la même écriture. Un mouvement tout différent, un mouvement toujours. Un cheminement. C'est ça, ici, qui m'intéresse : Ca trace. Quelque chose. Chemine. Dedans. Dehors. Routage. Péage. Tu as payé. Tu as un ticket dans la poche. Tu passes. Tu cours. Tu attends. Tu roules. Tu penses que tu roules. Tu regardes le ciel qui a chaud. Tu as les bras nus. Tu es juste bien. La voiture trébuche sur un morceau de Miles Davis. La musique te précède. Tu penses que tu l'as entendue avant. Une autre. Elle était avant. Les choses se passent toujours "avant". Pour, ensuite, advenir. Tu les prends toutes, au parc aux fleurs, allée du bois. Flaques de soleil aux yeux. Eblouissement. Tu ne mets pas tes lunettes de soleil. Exprès. C'est exprès. Tout est exprès. Tout est juste. Placé exactement là.

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 07:36
Le jour levé. Le petit jour du jour. Levé. Doucement. Se bercer. De pensées, dans tous les sens, d'illusions, dans tous les sens, de basculements, partout, de part et d'autre, n'importe comment n' importe quoi.., "Mais c'est vraiment n'importe quoi !" Se bercer quand même, on s'en fout ! Le chat miaule. Il a faim. J'ai envie d'un café au lait. Écouter. Rien. Rien d'abord. Puis... Allumer la lampe. Entendre le silence. La résonance du silence. ...Et une voix portable à l'intérieur, dedans, mode replay, la voix ! Fermer les yeux. C' est tout ce qu'il y a à faire.
Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 16:18

Bordeaux-CAPC-9-mai-2012-003.JPG

Mario Merz au CAPC.

Cette question, obsédante : "Che fare ?"Bordeaux-CAPC-9-mai-2012-008.JPG

Que ferons-nous ?

Que faire avec ça ?

Que faire de ça ?

Que faire de moi, de toi, du vent, de l'air,... Que sais-je Che fare ?

Mais il n'y aurait pas de question dans la question.

Il y aurait un trouble, un grand trouble,

il y aurait une vacuité de soi-même dans l'émotion d'une voix,

 

Bordeaux-CAPC-9-mai-2012-005.JPG

il faudrait écouter  longtemps les mots qui glissent sous un abri de paille et de coton, une transparence du verre, un refuge où se tenir, et sidéré, en tension de tout son être, répéter ces mots-là ou les écrire partout, "Che fare ?"

Il faudrait s'aider avec ces mots-là, et avec tous les autres autour, s'aider à supporter la beauté qui fait mal, et puis celle qui fait peur.

On s'abrite toujours dans un "Che fare ?" ou dans des larmes qui seraient goûtées.

Bordeaux-CAPC-9-mai-2012-001.JPG

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 18:26

Entre rêve et réalité,

ne pas savoir vraiment

ni comment les voiles se confondent,

ni comment le ciel s'ouvre.

A quel moment la soie glisse de l'un à l'autre ?

 

 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 14:07

Où sommes-nous dans l'image ?

Quand on regarde une image ?

Toute la subjectivité de notre émotion se déplie, infiniment, infiniment...

Le réel et l'imaginaire se touchent, une peau contre une autre peau,

On sourit à une évocation et à un mirage ? Oui, c'est un mirage au loin, un tourbillon de fumée qui dessine un nuage qui dessine un contour qui dessine un regard qui dessine des mots sur un mur inventé... Il n'y a pas de mur pourtant dans le tourbillon de fumée ! On ne comprend plus rien du tout.    Où sommes-nous alors dans l'image ?

- Donne-moi une cigarette, pour le chaud que c'est au bout des doigts et la flamme qui tremble ?

Où nous sommes et dans quel vertige...

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 20:24

Regarder à travers une vitre,

vouloir briser la vitre pour la mer

dans un jardin.

S'apercevoir, on dirait,

croire se reconnaître là-bas...

Le chant ne s'arrête pas,

même écroulé, même discordant, même heurté, 

et même

enchanté.

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 10:30

La nuit étirée dans des volutes. Yes ! 

Hollande a gagné. Le bébé de Mélanie va naîtra d'un instant à l'autre. Chantal est à la gare et le train n'aura pas de retard. Marie est restée à Paris. Kristina s'est levée très tôt pour rien ce matin.  Claire a rejoint Facebook et elle y est toujours mon amie, vrai de vrai ! J'écoute Bashung et Roberto Fonseca. Le soleil pointe son museau et, dans la rue, un camion sono décharge d'énormes cartons. La porte sur le jardin est ouverte. Le muguet tient la route et s'écroule quand même peu à peu dans son vase. Le calme de la nuit ne s'apesantit plus. Avec une cigarette. La belle  s'éveille au bois d'une histoire de regards et de mots. Une évasion au coin d'une closerie, une bulle entourée de clôtures vives et de haies d'arbres en fleurs, un truc qui sente bon la vie, quoi !  suspendue, en attente, en alerte, en tension, et rien de clair, non, ni de tout transparent, ni d'impeccablement centrée. C'est ça qui est rudement bien ! 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 11:44

On domine la rue. Il fait beau et frais. Du muguet pousse ses petites perles blanches dans un bouquet. Le café crème mousse encore dans la tasse. Il était une fois deux jours. Il était une fois deux moments différents de la journée. Roberto Fonseca, parfois, improvise en fond sonore noir et blanc, la photo bouge.

 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche