Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 23:42
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 11:12

Fragments d'un discours amoureux | Roland Barthes

"Reviens, reviens pas. Pars, pars pas, pars plus. Reste.  Reste là. Casse-toi. Ecris pas, écris plus, dis rien. Rien. Aime-moi. Je t'aime. Je ne t'aime plus, t'aime pas, t'aime tellement, t'aime trop, t'aime encore. Te veux, te veux,... te veux plus, veux rien d'ailleurs, veux plus rien, peux pas, peux plus. Sans toi peux plus, peux pas, peux. Je vais bien, ne vais pas bien, si tu savais, non ! tu ne sais pas, mais si tu savais. N'imagine pas ! Je ne vis pas, ne vis plus, ça s'appelle pas vivre. Je vais très bien. Je vais très très bien. Je n'ai pas besoin de toi. Tu me manques. Meurs peu à peu ici, n'ai pas goût à rien, plus de désir. Plus rien. Rien. Je t'aime. Toi. Je n'aime que toi. Je ne t'aime plus. Je suis déçu. J'ai d'autres chats à chouetter. Je ne veux plus rien. Je t'amènerai en voyage, tu veux ? Je ne t'aime plus, je... etc...etc... etc..."

7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 02:20

C'est le lever de soleil. Il ne sait pas comment dire le petit jour. Il traduit avec le dictionnaire, il dit : "la lumière ouvre". 

Elle regarde le ciel. Elle en a si peu l'habitude des soleils qui se lèvent.

Elle écoute une chanson qui passe à la radio.

FIB, elle aime bien.

C'est jamais merdique. Ca glisse sur les paupières sans les écorcher.

Elle a mal aux yeux.

Elle a pris le tram.

 

 

 

Et puis la voiture...

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 10:20

J'ai de temps en temps un oeil sur les statistiques. C'est fou comme ce qui s'appelle le "blogrank" s'effondre vite ! Joue le yoyo ! C'est normal ! vous me direz, le jeu des apparences, c'est ça. Et soi-même contenue dedans, un graphique, une montagne russe. Un manège à foire d'empoigne. On touche le ciel, puis, dans un vertige, la vallée des abysses. Faudrait rire et se moquer des profondeurs de la terre. On fume une clope. L'ivresse que c'est ! Tout englobe tout. On voit tout à coup une cohérence.   On coule dans le tableau, une saccade dans un trait, une dent de la scie comme une inélégance... N'empêche, on est touché, coulé.

"Et tu sauras de quoi je parle , à ce moment précis..." Une chanson dans la tête, un refrain, c'est tout.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 14:27

Pour l'oeuvre de Georges Perec, je me suis amusée à mettre en voix quelques-uns de ces "J'aime/je n'aime pas", une énumération de l'ordinaire... Parce que la vie est une valse. Et quand je dis valse, je pense "danse vivante, vibrillonnante, légère, émouvante..."

 

 

 

 

 

 

 

4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 18:40

Parait que c'est le carnaval. Je ne sais pas où il a lieu dans la ville. 4515595000_6dea5088cf.jpg

- Y'a plus de place, parce qu'il y a le carnaval !

Ah bon ? En fait, suffit peut-être de décrêter le carnaval pour qu'il ait lieu.

On ferme les yeux et on verrait des clowns, des acrobates, des funambules... et on joue ainsi de la réalité des choses. Elle est travestie à sa guise, la réalité.

Quand ce n'est pas au détriment de l'autre, on s'accommode de ses visions de peu. On ferme les yeux, je vous dis...

Ce sont nos yeux et nos visions qui ne gêneront jamais personne, n'abuseront jamais personne, de blesseront rien.

Juste un rire pour une blague, et un bon mot qu'on se chuchotera derrière ses paupières, du burelesque pour embellir la vie à l'Embellie des jours vrais.

Carnaval ? Je suis allée dans la ville et je n'ai rien vu. Pas âme qui vive sur les boulevards. Besoin d'une photocopie pour demain 8h. Des photocopies  ! Vous allez me dire, y'a pas idée, un dimanche ! Des gens devant un bureau de tabac (qui ne possède pas de photocopieuse) sur les boulevards, près du magasin de fleurs. Passer. Ne pas regarder les fleurs. Passer. Jeter quand même un oeil aux fleurs... Aller voir ailleurs. Un autre bureau de tabac. Puis... S'arrêter dans une pharmacie, et (on n'y réfléchit pas vraiment)... demander à la dame de faire une photocopie... Si c'était possible...

- Oui, oui, vous voulez bien ? bon alors deux oui, autant que je veux ? Non, non, seulement deux, je voudrais bien, oui...

- Vous savez, la vie un dimanche à 5h...

Alors, pour le carnaval et les clowns, il n'y aura qu'à allumer la télévision tout à l'heure !

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 19:48

Je me suis essayé à cet exercice avec mes photos et quelques mots...

 

 

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 22:53

Où l'on apprend le silence dans la sensualité des mouvements

et leur lenteur.

Le désir monte les escaliers.

 

 

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 00:04

Formidable ! Mon site perso a été revu et actualisé par des mains expertes, celles de Dominique-Emmanuel Blanchard.

Livres et vidéos en site propre. C'est épatant ! C'est vrai, je suis ABSOLUMENT épatée.

Merci à lui de ce travail étonnant ! Voilà ! On peut donc en faire des choses.

Si ça vous chante (c'est si bien quand ça chante !)

d'aller voir comment c'est

et comment c'est beau,

je vous y invite,

vite.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 22:16

Aujourd'hui... Nos amis nous ont rejoints complètement. Ou plutôt, le monde est venu vers eux. France que j'aime quand elle accueille ! Ils ne sont plus des sans papiers.

Vous imaginez... un déferlement d'émotions, la voix qui se casse un peu dans un sourire et les yeux qui parlent, savent pas où regarder vraiment, cherchent nos yeux et cette larme qui vient, coulera, coulera pas...

Vous imaginez l'enfant qui sourit, "comme le chat", dit Ruben, "le chat qui rit", et c'est un brouhaha dans la tête qui va de droite à gauche pour dire que c'est vrai. "C'est vraiment vrai ? Vrai !"

Vous imaginez le serrement que c'est, quand la vie s'ouvre comme la porte d'une maison.

Alors je pense à tous ceux qui ont oeuvré et les ont soutenus activement, qui disent leur joie, et la fraternité qui a un sens. Merci d'abord à Dominique Boudou, et à Lyane, Guy, Marie, Miguel, Chantal, Gérard, Michèle, Corinne, Thierry, Odile, Christian, Aurélie B., Jean-Michel, Zineb, Jeankik, Isabelle J.,  Isabelle B., Cathy, Claire, Vincent, François, Jean-Claude, Claude, Chantal 2, Marianne, Céline, Pierre, et puis tout ceux qui ont envoyé des lettres de soutien, et puis tous ceux qui les ont reçus et entendus, et puis l'Amicale Laïque de Bacalan, le Théâtre des Tafurs, l'ICAL, RESF, le Pique-Nique Littéraire, la Défenseure des Droits de l'Enfant, tous ceux qui... oui, j'en oublie sûrement...

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche