Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 07:24

13 janvier 2011.

Quelques mots sur cette aventure artistique magnifique, que François Mauget et le Théâtre des Tafurs m'ont donné l'occasion de vivre, me sont tout d'un coup devenus nécessaires.

J'ai voulu témoigner de ce parcours artistique et collectif qui a eu lieu.

Un vide, je le sais, va s'inscrire en moi durant quelques temps, parce que cette expérience tricote, tisse et bricole dans le liens, dans l'humain, et la rencontre, tant elle s'incarne dans une grâce dénichée dans ce "faire ensemble".

 

L'image est un peu sombre,
sans doute que je ne dois pas bien prendre la lumière !

 

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 01:19

 

 

Tout caillé,

le vent

du large si peu, 

pour moi...

Lasse, ça lasse, gêne,

dérange, les mots,

et

le bruit qu'ils font

même

vague morte.

 

Un bout de bas vidé de sa chair,

gerce.

Pour un rien de feu

avec de la paille !

Rien.

C'était rien.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 15:48

15 janvier, il y a dix ans.

Personne n'y  comprend rien dans cette chambre aux murs clos.

Un sillon creusé pour la mort,

 

la terre creusant même la terre,

tant labourée,

et glaise,

une glue sous les semelles.

 

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 06:17

Pourrait concevoir une paix durable ? Une nuit au moins ? Ou quelques heures ?

Sur la ligne, une friture à ne pas s'entendre...rire ou chantonner "c'est dur aujourd'hui la crise...! Demain ce sera vachement mieux ...!"

Demain, ah bon, tu crois, toi ?

Il dit que c'est la porte ouverte à tout. Je ne sais pas ce que c'est "tout", il doit en avoir une idée, une image lui trottant dans la tête, une notion...vague, mais une notion.

C'est la porte ouverte, donc elle est ouverte, la porte. Donc je la passe. Sas de décompression. Bravo la salle, les musiciens ont été excellents.

"C'est dur au jourd'hui peut-être, demain ce sera..."

 Sais pas pour demain. Le matin est déjà à mitonner ses éclats de soleil.

Sais pas.  Paix, rendement, paix, écologie, paix, économie durable. tout est durable et rien n'a plus le sens de la durée. Prévisions courtes.

Je fais ce que je veux, merde !

Je préfère dormir, na !

Je préfèrerais pas être ici. Bartleby a ses arrangements doux et fous. C'est un rêveur de première classe qui s'enlise dans la mélancolie de ses pliures. Et sur son âme, des traces d'un ancien pliage en accordéon, une carte routière toute neuve ?

A revenir sur la route, une marche arrière toute, un contentement de dix secondes, dix minutes, dix jours, un max d'heures jamais atteintes,

avant un sabordement dans les règles et au millimètre près.

Pourrait concevoir la paix des chiens durable et bonne ? sais pas. Il dit, que sur la queue d'une comète, dans un perchoir en surplomb de la scène, la lumière et le sons optimisés, tu veux ? Il ne sait pas.

A peut-être oublié la nuit.   

Et ça dure ? dur pour les comédiens !

Qu'ils dorment enfin !

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 17:40

011-copie-2C'est l'avenir qui surprend et prend le coeur

la musique qui bat comme une horloge

et, au plaisir des planches,

les acteurs du spectacle,019

un mouvement d'ensemble, 

une pulsation sensible

et touchante,

puisqu'elle me touche...

Un oiseau rouge

par-dessus tout.

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 02:57

CHRISTIANE-004.JPG

- Un nouveau blog vient de voir le jour.

On va le supporter ? Dis, tu crois qu'on va le supporter ?

- Ben, faudra bien ! Parce que Christy n'en fera qu'à sa tête...

- Mais c'est insupportable, alors ?

- T'inquiète ! Elle tiendra le cap, la rampe et tout le toutim. Elle tiendra la jambe, la route, et même les chandelles, avec plein de lumières au coeur et des bougies sur ses étagères.

- Elle tiendra aussi la barre ?

- Forcément, vu qu'elle ne se tient pas pour battue, elle tiendra le coup.

- Elle tiendra le coup ? tu veux dire qu'elle tient bien la bouteille ?

- Oh ça, j'en sais rien, mais elle s'accroche aux branches, Christy, elle s'accroche. Alors, je dis que ce qu'on peut dire en le disant pour que cela soit mieux dit serait : "supportons-là !"

- Donc, tu dis qu'il faut la supporter ! En somme, on n'a pas le choix...

- Ben non. Juste à l'encourager, à frapper dans nos mains, à l'accueillir avec des hourras, à...

- ...Pour Christy, c'est... Tiens, une chanson de Léo ! Et si on lui mettait une chanson de Ferré, rien que pour elle et son blog qui promet ...et ce serait comme "l'âge d'or" ...


 

  http://arluval.over-blog.fr/

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 02:02

 

 

 

C'était le 8 janvier dernier.

Pour Corinne, Salah lit "Bagdad mon amour".

Moi, j'ai filmé l'instant précieux.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 01:29

D'abord une embellie, vaste, et grande comme une tour Eiffel.

Des êtres en amitié, en amour, ensemble, il me semble, et des éclats de rire, de voix, des mots fredonnés et plus encore par Isabelle. Les quais dans le soir  au ciel tombant, salive d'une rose, pétales à la déroute tout à l'heure, qu'on ne verra pas tomber de l'écran tout à l'heure, qu'on oublie déjà  à l'heure de  tout, "tout est possible", et les "youyous"  de Zineb, revenus de "Bagdad mon amour" pour Corinne, le cône  travaux orange et blanc exténué de sa lumière intérieure, qui prétend que c'est bientôt fini, quand François est sur les genoux ...de Valérie, et l'arrivée à l'arraché ("tant pis pour moi, flûte finale !") de Caroline, et tous les autres compris dans l'A.D.I. (l'Avenir à Durée Indéterminée), et ce qui suivra encore, des spectacles où vous serez, vous, peut-être, peut-être et peut-être même que c'est sû019r... 

Donc d'abord une embellie. Puis une fatigue, ensuite, qui lâche ses défenses.

Pour tous.

Là aussi, c'est pour "ensemble", il me semble, cette lucidité nerveuse. Ce débordement grinçant, dont personne ne veut et qui n'en veut à personne,      mais qui est

un coup de fatigue qui blouse aux hanches.

un coup de blues qui flanche aux tiges...

 

Tiens ! et si je m'en grillais une,

avec une feuille de menthe.

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 02:29

Douceur de ce temps,

où le temps vaut la peine d'être là, ll

avec toi,

avec vous,

avec...

Je découvre un nouveau sens

à ce mot mine de rien : "avec".

Une scène où je pourrais jouer

au creux d'une mémoire vive.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 11:58

IL EST DES JOURS PAS ORDINAIRES DU TOUT.

D'UNE FOLIE PAS ORDINAIRE DU TOUT.

Aujourd'hui en est un.

Fermeture des portes imminente,

téléphone,  et textos,

derniers calages,

dernière attente dans la coulisse,

et ce qui viendra de nos loges au-dedans,

et tous ceux qui viendront, 

un coup de blanc,

un baiser,

un film,

les miens,

tes bras,

des mots, noirs, et puis doux, et puis assemblés

en textes et en chansons,

des reprises de la voix,

des hommes en marche,

tous ensemble que nous sommes à nous tenir,

à se soutenir si on veut,

dans le fracas

qui devient une grâce,

ce qui rapproche,

de proche en proche.

Le chat sur les nerfs s'escapade plus loin.

Elle dit : "Je sais que cette journée est une pépite."

Il est des jours, comme des folies pas ordinaires.

Et moi, je suis là. Je vous regarde.

Je ne peux pas m'empêcher de vous trouver beaux.

L'avenir, il durera longtemps, dis ?

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche