Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 02:10

C'était hier. La veille. Le préambule de la création d'un jo035ur de plus.

Aujourd'hui.

Et cette nuit : je veille.

Des brassées de pensées, inconsistantes d'abord. Une mollesse qui se tend, et la tête se met à pédaler son vélo solo. 

Une image, une autre et c'est tout un film à la dérive, entre deux eaux qui coulent, qui s'invente.

- Tu verras, c'est tout simple, tout simple !

Et finalement le vélo attaque une descente, et ça file rude dans les côteaux, près des côtes, près du coeur,

et quelquefois l'embrouillamini soulève un nuage de terre de sienne posé sur un paravent où des yeux parlent. Voilà que je me rappelle de Eluard, mon poète chéri de mes années de jeunesse, que je possède même en Pléiade, et Dieu que j'aimais la rupture dans les vers et la liberté d'écriture ! Puis ces grands yeux ouverts qui étaient dans les miens et ne me laissaient pas dormir...

Alors, voilà, je veille !

Une cigarette, tiens ! ça te dirait, hein ?

 

 

Published by brigitte giraud - dans Intimité
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 17:37

 

29 novembre. Un voyage en train Bordeaux/Paris. Sur la tablette un livre est posé. Une amie me l'a prêté avant mon départ : "La vie est brève et le désir sans fin" de Patrick Lapeyre. Ce livre m'accompagnera dans le métro et même Place de la Bastille...
Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 18:48

 

On aura  beau dire, on aura tout le temps peur, 115.JPGjusqu'à c e qu'on meure, on aura tout le temps, tout le temps d'avoir peur... 

On pourrait se maudire, se dire  et se dédire, on aura tout le temps peur...  

A faire et à défaire et même à refaire,  l'avenir ça dure longtemps, jusqu'à ce qu'on meure, il n'y a rien à faire, on aura tout le temps, tout le temps d'avoir peur... 

La vie est-elle un leurre ?   Une rancoeur dans le coeur ? Et même à plusieurs, on aura tout le temps, tout le temps d'avoir peur...

 

Voilà,les mots se sont écrits vite, dans le petit matin, au retour de Paris. Parce qu'on sait ce temps qui nous a été de vivre. Ces cadeaux dans les mains. Qu'on en connaît leur poids dans le corps et leur préciosité. Alors, j'ai un peu peur toujours d'une échappée de la vie, quand je veux tout prendre et garder.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 21:33

Un tour de m041-copie-1.JPGanège. Dans la nuit, le petit matin, la brume du jour. Un espace-temps, un espace du temps, un passe passe de l'espace et du temps.

Puis me revoilà ici, toute étonnée d'avoir été là-bas...D'avoir ainsi vu, vécu, senti, reniflé, du froid sur le museau pour tout ce chaud du coeur.

Le train Paris/Bordeaux, la cité aquitaine toute embrouillée du soir avec pluie à la clé, une rumeur de gare encore dans l'oreille, les roues du trains sur leur ferraille, les images capitales qui ne se sont pas endormies, et qui veillent au coin des paupières. Je vais les voir les fenêtres, écartant d'un pouce le rideau blanc, et l'intérieur sera bien une réalité tangible, puisque la table y sera noire laquée et le lustre à facettes, les carreaux de la porte dans le miroir réfléchis... Ca réfléchit toujours un miroir. Pour d'infinies perceptions  ; le contour d'un visage par-dessus un autre contour de visage, un regard sur un autre, un autre encore, un oeil me regardant dans l'angle pas mort du mur. C'est toi ? Ben oui, tiens, c'est toi !

Un tour de magie.

La traversée d'un paysage.

Le passe pour un espace du temps. Parce qu'on sait bien sa chance du temps à prendre, à le prendre, à se prendre. Accompagnée de la peur de ce qui s'en va, parce qu'il en est de tout ainsi, de tout, et même de la peur...  On aura tout le temps, tout le temps d'avoir peur, bientôt. Alors là, on s'emplit de la "philosophie de l'allégresse," t'as dit. D'accord, je suis d'accord.

De la neige, des pluies, des champs, des filins pour la machine, les mots d'un livre, Paris dans une boîte, celle du camescope et celle de la Foirefouille, celle de la mémoire, un calepin fidèle, et puis un bout de feuille dans le petit matin sur laquelle une chanson s'écrit  en double dix doigts :

 

092

064.JPG

 

 

 


 

 

 

 

On aura  beau dire,

on aura tout le temps peur 

jusqu'à ce qu'on meure

on aura tout le temps,

tout le temps d'avoir peur...  

On pourrait se maudire,

se dire  et se dédire 

on aura tout le temps peur...  

A faire et à défaire 

et même à refaire,  

l'avenir ça dure longtemps

jusqu'à ce qu'on meure   106

il n'y a rien à faire

on aura tout le temps

tout le temps d'avoir peur... 

La vie est-elle un leurre ?   

Une rancoeur dans le coeur ?

Et même à plusieurs,

on aur a tout le temps,  

tout le temps d'avoir peur...

 


 


Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 00:22

Les hommes, dit le chauffreur de taxi, ont les idées tordues comme le bec d'un corbeau.

Il y a des créations, en toute innocence, qui vagabondent ainsi à l'intérieur des mots.3477219445_39bc3821c9.jpg

Puis, au détour du chemin, tordu, allez savoir, il y a une rencontre improbable dans un café, loin de sa maison, et des pensées qui y reviennent.

TABLEAUX VID2O ET CEUX DE MARIE 010

Un élastique qui tire vers ailleurs et  puis qui nous ramène.

Sur la bobine c'est le même film qui se joue et ce soir il neige sur Paris.

Le chapeau de madame Chapeau était un autre : noir avec des petits pois blancs qui s'envolaient.

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 23:33

 

Quand l'émotion emporte, on s'appartient davantage et on se désempare de soi.

Je vis, j'existe, dans un regard aimant,

je sais qu'il me porte et contient ma joie.

Je suis désemparée de moi,

dans le ravissement...

Le ravissement ! quel mot extraordinaire,

parce que, justement,  extra-ordinaire, hors du commun.

Le ravissement, don et contre don,

une part de soi tendue vers l'autre,

raptée par ce plus fort de soi émotionnel,

qui extasie et s'extrait.

Ce qui se donne et qui revient à soi est une essence de vie,

de la vie si bonne pour moi,

comme il existe des essences de fleurs

et, dans l'air de Paris, nos extraits de parfum...

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 22:49

 

 

BRIGITTE-ET-CORINNE-A.jpg

Je l'avais parié... 

...et puis, elle et moi, on savait bien,

au fond de nous, ce qui se tiendrait là,

l'émotion et le rire,

l'émotion et ses serrements, coeur et bras confondus,

l'émotion plein la peau.

 

BRIGITTE ET CORINNE B

Sommes-nous les mêmes, dis ?

Moi, si vous voulez savoir, je nous trouve bien belles toutes les deux.

Le froid, la neige que j'ai vue aujourd'hui, les rues de Paris, annonçaient un jour d'exception.

Un autre inscrit dans mon cahier de coeur. Avec toi, sur une toile et des photos encore...

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 15:42

 

Il y deux ans, Carole, mon amie, m'avait offert un CD sur lequel elle chantait.

"Entre nous", la chanson de Chimène Badi. Entre nous, je ne connais pas davantage aujourd'hui Chimène Badi, mais c'est un joli nom, qui coule bien, qui a son mystère, si on regarde bien (ah, les yeux de Chimène !)

Mon compagnon et moi, nous l'avons écoutée tas de fois, à une  époque troublée et toute en ravage. Des larmes nous venaient.  "La chanson de Carole"  nous parlait plus qu'aucun discours ne l'aurait pu. On l'appelait comme ça. Entre nous, elle était devenue "La chanson de Carole".

Et elle nous tenait dans un état de sidération où la vie s'acharne et s'écoute.

Nous l'écoutions sur le fil de sa voix et de son souffle. Une respiration.

On se disait : " Là, c'est la sienne et c'est sa vie ! "

Et puis c'est encore, et puis c'est toujours comme ça. L'émotion déborde. On la repasse encore une fois "La chanson de Carole". On met le son plus fort. Plus fort. Pour être au plus près...

Alors à écouter fort, je vous dis !

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 19:25

165271291_54a1d30065.jpgJ'entends cette pub à la radio. Cette question adressée à l'auditeur : "Avez-vous déjà dormi avec un éléphant ?"

Ben non, j'ai jamais dormi, moi, avec un éléphant, jamais avec une grosse bête pareille ! Non mais !

Me voilà prise en défaut, je vais me ronger un ongle... Je ne sais pas quoi faire... J'ai beau chercher,... Non, jamais arrivé, mince alors ! Ca aurait dû et c'est pas arrivé... Flûte, j'aurais jamais imaginé ça !

Avec mon chat, d'accord, ok, il m'embête pas, me chauffe la couverture par-dessus les pieds, un véritable calorifère, j'vous jure, mais un éléphant ?

Faudrait que je répare la faute, mais le dénicher où, l'éléphant ?

Puis, à supposer que j' en attrape un, chopé au collet avec mon lasso d'Ecosse, j'en fais quoi ? Je l'emmène où ? Chez moi ! Ben oui, s'il faut dormir avec un éléphant, faut bien l'emmener chez soi ! A  moins de dormir au coin d'une rue, dans la première grange rencontrée !!!, mais je fais comment pour l'emmener chez moi, l'éléphant ? Ben comme tout le monde. Paraît, à les croire, que tas de gens bien ont bien dormi avec un éléphant. Ils ont donc, aux aussi, été aux prises avec le même questionnement. : comment on fait ?

A moins que ce soit tellement évident qu'il n'y ait pas de questions à se poser, et que la réponse aille de soi. Seulement, elle ne va pas de moi, la question.

Alors faudra que je demande à l'éléphant. Il saura sûrement lui, vu qu'il se sera déjà vautré sans doute dans le lit d'Untel ou d'Untel.

Ou bien, pour plus de sureté, j'ai qu'à téléphoner à m'sieur Untel, tout direct.
 Faut avoir le courage de sa parole, que Diable ! J'ai toujours prétendu l'avoir ce courage, donc acte ! 

Attraper d'abord le bottin avant l'éléphant et demander des renseignements, à msieur Untel au risque de passer pour une idiote. Tant pis !

J'en suis déjà une, puisque j'ai jamais dormi avec un éléphant, alors je vais  pas me prendre la tête avec ma réputation qui n'est plus à faire.

Rester zen. On me l'a assez répété que je ne devais pas m'agacer pour un rien. "Trop cérébrale", on m'a dit.  Bon, faut que je me rassure absolument. D'ailleurs, la pub elle-même annonce la couleur.

Dormir avec un éléphant faciliterait le sommeil, elle dit... Tu parles !  A d'autres, mais pas à moi. Je ne peux pas croire tout ce qu'on raconte.

J'en profiterai pour demander à msieur Untel ce qu'il en pense. Avec l'expérience qu'il a de l'éléphant, je saurai le piéger et le mettre devant ses responsabilités, le prier de me parler sans détours, tout en faisant attention de ne pas l'embarrasser ou lui causer de la gêne.

"Msieur Untel, je lui dirai, est-ce que oui ou non, l'éléphant est bénéfique pour une nuit folle de sommeil ?" Ainsi, il saura tout de suite que je suis de bonne foi et  pas de celles qui demandent la lune sur un plateau. J'ai remarqué que les hommes ont souvent peur d'être sollicités abusivement. Non ! Avec moi, il saura vite que l'abus n'est pas mon fort et que seul le problème de l'éléphant m'importe. Même s'il m'offre une tisane verveine ou camomille, je refuserai. Une infusion tilleul ? C'est sera pareil. Calmante ? Pareil. Apaisante et soporifique ? Pareil .  Une infusion tilleul Eléphant ?  Ce sera...heu... heu...  ben, heu...  J'ai l'impression tout d'un coup que je me suis fait un film ? là ? non ?

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 18:37

 

 .

 

 La duchesse du Barry, les haricots Princesse, les contes d'Hoffmann et même, même  Leroy Merlin (hein?) descendent de leur estrade... C'est un bien triste temps presse purée que nous vivons !

Mais attendez, attendez, le roi Merlin, n'est-ce pas cet enchanteur... vous en déblaise ?                                                            (diens ! de serais bas enrhubée, doi ? Hein, Zinep ?)

On se prend à sourire de tout...

 

Published by brigitte giraud - dans Vidéos
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche