Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 12:58

100 3205

C'est un emprunt à Althusser, "l'unité déchirée du désir".

Pour moi, pas de meilleur écho à la déchirure mise en mots,

à l'ambivalence, toujours, des désirs,

des paradoxes inhérents à l'humain,

des plateaux de la balance de la vie jamais en équilibre...

Et c'est tant mieux,

SAUF quand cela n'est pas souffrance, une peur, un tiraillement,

comme une excuse de vivre.

Non pas une résignation, non, non ! 

mais, de temps à autre,

un renoncement à être,

le désir déchiré.

  

Alors j'essaie de comprendre ce qui va dans des sens insensés,  

de patauger dans l'intime,

le "sens interne" aux choses et aux événements.

Et de me tenir là,

dans l'en-dedans, 

sinon, quoi ? on n'entendrait jamais rien à rien.

J'écoute Gérard Ostermann, une vidéo en chantier...

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

@giulio 27/08/2010 22:56


@ DEB : of course, mais Borges c'est contemporain et Platon, sorry, jamais lu, sauf un bout de Phidias. Quoique je possède toute la collection de ma docte défunte mère, tu sais, bilingue avec la
chouette, sorry, le mec m'horripile, tout comme Aristote. Moi, c'est plutôt la concurrence, si tu vois ce que veux dire: Epicure,Diogène et Cie. Mais il est vrai que les arabes nous ont fait
redécouvrir les anciens et ouvert les portes de l'orient indien. Mais c'est eux aussi qui avec les iraniens ont véritablement inventé la poésie, parce que, à part Sapho, dans le monde greco-romain,
la poésie, ce n'était pas terrible. Tragédie et comédie occupaient tout le terrain que libéraient le droit, la philosophie lato sensu et la dialectique. Il n'y avait même pas une vraie muse (sauf
pour la poésie épique qui n'en est pas une).


DEB 27/08/2010 18:04


@ Giulio : et Platon, zut, j'allais oublier Platon, théorie de l'atome, hein ! C'est pas rien, quand même, Platon !


DEB 27/08/2010 18:02


@ giulio : et des écrivains, souviens-toi : l'Alpeh, de Borges...


giulio 27/08/2010 14:24


P.S.: je viens d'en découvrir la preuve: à une époque (13e siècle)où toute vision matérielle de l'atome était impossible, le poète Djalâl-ud-Dîn Rûmî écrivit :

“Si tu coupes un atome, tu y trouveras un soleil et des planètes tournant autour.”

Notons que jusqu'à la renaaissance, ce genre de questions était traitée non par les physiciens, mais par les philosophes.


brigitte giraud 27/08/2010 23:08



L'atome ou la symbolique de l'être. Chacun contient en lui le monde.



giulio 27/08/2010 13:23


la philosophie, c'est de la poésie. Ce n'est que sa mise un musique, sa mise en forme prosaïque et sa communication didactique et raisonneuse qui souvent l'alourdit. Je viens de colllationner cinq
douzaines de poèmes pour une anthologie thématique, et je vous assure, les amis, que je n'en ai pas trouvé un seul qui ne ressemble comme une goutte d'eau au premier jet créatif, à l'euréka, d'un
philosophe.


brigitte giraud 27/08/2010 14:27



Sûr que les passerelles sont bel et bien là.


Une anthologie thématique ? Je veux voir giulio.



Horatio 26/08/2010 17:31


J'aime quand les philosophe versent dans la poésie. "L'unité déchirée du désir", c'est bien de la poésie, non ?


brigitte giraud 27/08/2010 00:43



C'est beau non ? Chacun des termes a sa justesse et sa place, chaque mot a son importance, comme en poésie, oui.



Du mobilhome 26/08/2010 13:51


je ne sais qu'ajouter, ces mots, ceux d'Althusser et les tiens, disent si bien ce qu'ils disent.


brigitte giraud 26/08/2010 17:09



A voir la vidéo finale, tu me diras, Zineb !


baisers baisers



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche