Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 20:34

C'est à Erevan, à Bakou, ... ou ailleurs.

On partirait de là-bas pour raconter l'histoir1111982853_d0517a59d9.jpge.

Raconter une histoire est une nécessité

pour l'aborder,

que d'autres accostent des rivages, un quai qu'on ne sait pas.

Aborder une terre, c'est dessiner une géographie de nulle part,

des virages en épingles à cheveux piquées sur un marbre.

La pierre résiste aux vivants, pas aux morts.

Faudrait alors un bois tendre pour tailler son histoire,

pour une route.

Parce que loin, c'est là,

et là,

c'est ici.

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 20/04/2011 12:13


Un quai, une piste d'atterrissage où poser ses valises. Ici ou là, un lieu du présent et de l'avenir.
Une terre où vivre tout simplement.


brigitte giraud 21/04/2011 01:05



Un lieu, oui, à toi, dans ta rue de Paris. Où tu es à l'abri de tout, de tout. Je suis avec toi.



Christine 19/04/2011 19:42


Ici, là-bas,
les histoires, les terres s’apparentent
écouter leurs accents
J’ai fait l’an dernier une magnifique rencontre avec Jihad Darwiche,conteur si magique, homme magnifique, qui dit si bien sa terre sans frontière, tu viens de m’y faire penser…


brigitte giraud 19/04/2011 21:16



Une terre, on oublie la chance que c'est d'en avoir une, ou plutôt une qui nous veut, en oute légalité, en toute humanité...


Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche