Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 13:58

On retrouve parfois, entre les pages d'un livre qu'on relit, une jubilation à imagesl-attrape-coeurs.jpgreconnaître quelque chose de soi, d'avant avant aujourd'hui.

C'est comme une route qu'on a empruntée mille fois il y a longtemps, et   on s'étonnerait de se rappeler le petit buisson qui ne payait pas de mine. Juste à la même place. On ne savait pas qu'on ne l'avait pas oublié, le petit buisson. On n'avait juste pas eu l'occasion d'y penser. 

Alors je me demande si cette chanson existe vraiment, celle que fredonne le petit garçon qui longe le bord du trottoir, comme s'il marchaait sur un fil, vous savez, ces trucs que font souvent les mômes... "Si un coeur attrape un coeur qui vient à travers les seigles".  Je ne l'ai pas trouvée sur le net.

Si un corps rencontre un corps... Si un corps rencontre un corps...

 Le poème de Robert Burns, poète écossais né en 1759, pionnier du romantisme,   est cité dans le roman L'attrape-coeurs (titre original : The Catcher in the Rye) de J.D. Salinger et permet d'expliquer son titre  (littéralement "L'attrapeur dans les seigles").

 

 
"Comin' Through the Rye"
O, Jenny's a' weet, poor body,
Jenny's seldom dry;
She draigl't a' her petticoattie
Comin thro' the rye.

Chorus:
Comin thro the rye, poor body,
Comin thro the rye,
She draigl't a'her petticoatie,
Comin thro the rye!

Gin a body meet a body
Comin thro the rye,
Gin a body kiss a body,[r] Need a body cry?

Gin a body meet a body
Comin thro the glen,
Gin a body kiss a body,
Need the warld ken?

 

 

 

commentaires

tempesdutemps.over-blog.com 11/08/2012 10:13

Oh le joli écho que cela fait résonner dans ma tête... et mon cœur. Oui, L'Attrape cœur, l'un des premiers livres qui me fait me sentir " grande ". Bien sûr, je l'ai perdu et je crois qu'il va
rester au chaud, au flou de mon souvenir. Mais ça résonne, la musique du titre en anglais.

brigitte giraud 11/08/2012 18:57



J'ai eu envie de relire ce livre-là. Retrouver l'état des grandes solitudes adolescentes, où tout est exacerbé, tu sais. Solitude, révolte, rêve illustre, liberté et un chagrin grand comme une
tour Eiffel, et du coeur en veux-tu en voilà, du coeur...



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche